Les Apple Watch bannies des réunions ministérielles britanniques

La Russie est-elle capable de pirater une Apple Watch à distance ? Le gouvernement britannique semble s’être posé la question, et a donc décidé de ne prendre aucun risque en bannissant les Apple Watch et autres montres connectées des réunions ministérielles. Les ministres de Sa Majesté devront donc désormais se dénuder les poignets avant d’entrer en salle de réunion.

Les montres connectées sont donc désormais interdites des réunions ministérielles britanniques. La raison avancée par la première ministre Theresa May, à l’initiative de cette interdiction, est que ces appareils étant connectés et communicants, ils pourraient faire l’objet d’écoute et de fuites de données. Cette mesure de précaution respecte donc celle déjà imposée depuis des années à l’égard des téléphones portables, qui doivent être laissés à l’entrée de la salle avant une réunion. Désormais, les montres connectées les rejoindront donc. Difficile de ne pas y voir toutefois un rapport avec la récente actualité américaine, où le gouvernement accuse la Russie d’avoir piraté certains de ses appareils pour accéder à des données sensibles.

Si la sécurité est donc la raison principale avancée, d’autres raisons plus triviales pourraient avoir accéléré la mise en place de cette interdiction. The Telegraph rapporte par exemple que dernièrement, l’ancien ministre de la Justice Michael Grove aurait réalisé une fausse manipulation alors qu’il consultait ses e-mails sur sa montre en pleine réunion, ce qui aurait eu pour effet de jouer une chanson de Beyoncé à plein volume dans la salle, perturbant du même coup la réunion.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire