ATI et nVidia s'entendraient sur les prix

Nos confrères américains de Tom’s Hardware viennent de révéler qu’une class action s’est mise en branle fin août à l’encontre des majors de la 3D, AMD/ATI et nVidia. Ces firmes sont accusées de s’entendre sur les prix des cartes graphiques et de leurs processeurs.

Un trust affiché

William Alsup: le juge en charge de l'affaireLes deux plaignants, Jordan Walker et Michael Bensingor, ont déposé l’affaire devant la Cour fédérale américaine de Californie du Nord. Ils mettent sur le banc de l’accusation, eux-mêmes et tous les consommateurs de produits nVidia ou ATI. Saisissant la loi fédérale d’antitrust, les deux Américains attaquent ces constructeurs en ces termes : « nVidia et ATI ont conspiré pour fixer, augmenter, maintenir et stabiliser les prix des cartes et des puces graphiques. » Selon les plaignants, les deux majors de la 3D auraient également coordonné les sorties de leurs nouveaux produits.

Entente trop cordiale

Paul Ayscough d’ATI L’affaire se serait déjà produite en 2006. À cette époque, des têtes pensantes de chacune des compagnies auraient conversé par mails pour conserver leurs prix au plus bas. Ces faits se sont révélés justes. Aussi, les documents ont fait surface mettant en exergue des échanges entre Paul Ayscough d’ATI et Kevin Shuhde de nVidia : « Nous lançons un show autour du GPU. Peut-être quelque chose comme l’IDF. Nous pourrions faire quelque chose ensemble pour récolter des tonnes de retombées médiatiques. »

Le jugement en octobre ?

Un des mails échangés entre Ati et nVidiaLa suite des échanges est du même acabit. En tout, ce sont une dizaine de mails qui confondent les deux protagonistes. On ne connaît pas encore la date du jugement de l’affaire opposant Walker et Bensingor aux deux fondeurs de GPU. Reste que ceux qui ne souhaitent pas être représentés du côté des plaignants devaient le signifier par écrit avant le 12 octobre. Le jugement devrait débuter dans la foulée.

Si les ententes entre les deux firmes s’avéraient être réelles, il serait intéressant de savoir pourquoi nVidia aurait laissé Ati proposer des modèles à des prix défiant toute concurrence, faisant ainsi plonger le caméléon dans des baisses de prix incessantes.