Twitter, Facebook, et YouTube attaqués à cause d’un blogueur

Le blog de Cyxymu, avant les attaquesLe blog de Cyxymu, avant les attaquesLes attaques par déni de service, qui ont été dirigées dans l’après-midi d’hier contre les sites Twitter, Facebook, YouTube et LiveJournal seraient effectivement l’oeuvre d’un même groupe. Selon des informations divulguées par Max Kelly, directeur de la sécurité de Facebook, ces attaques ne ciblaient pas directement les sites, mais s’en prenaient à un blogueur géorgien, connu sous le pseudonyme de « Cyxymu », et qui avait un compte sur chacun de ces sites.

Un véritable attentat virtuel

« Il s’agit d’une attaque simultanée qui le visait dans le but de l’empêcher de se faire entendre », a expliqué Max Kelly. « Nous recherchons activement la source de ces attaques et nous espérons trouver les individus impliqués afin d’engager des actions contre eux si nous le pouvons ». Ces attaques ont commencé dans la journée d’hier, vers 15 heures, heure française. Faisant d’abord tomber Twitter, qui a été inaccessible durant plusieurs heures, il s’est avéré que les mêmes types d’attaques ont été dirigés au même moment contre Facebook, YouTube et LiveJournal. Si ces derniers ont résisté, des lenteurs et autres erreurs ont tout de même pu être constatées durant les attaques.

Si la raison des attaques n’est pas vraiment connue à l’heure actuelle, il ne fait cependant aucun doute que le blogueur connu sous le nom de « Cyxymu » en était la cible. « Il est maintenant clair que ces attaques sont dirigées contre moi et contre la Géorgie », indique une note sur le blog de la victime, avant que sa page devienne inaccessible... La raison la plus plausible serait donc les tensions politiques qui ont éclaté dernièrement entre la Russie et la Georgie. Les différents sites touchés par ces attaques travaillent désormais main dans la main dans l’espoir de retrouver les responsables. « Mon équipe, ainsi que les autres équipes qui travaillent ensemble dans toutes ces entreprises, font du très bon travail, et j’en suis fier », a indiqué Max Kelly. « Nous sommes conscients que beaucoup de sites n’appartenant pas à Google ont été touchés par cette attaque, et nous sommes en contact avec certaines entreprises afin de les aider dans leurs recherches sur ces attaques », a déclaré un porte-parole de Google.