Lumière sur la technologie Matrix LED de la prochaine Audi TT

À l’occasion du salon de Genève, Audi a dévoilé la troisième génération de la TT. Cette nouvelle version du coupé sportif profite de nombreuses innovations, dont beaucoup proviennent des nouvelles technologies high-tech. L’une d’entre elles concerne l’éclairage : la technologie Matrix LED est de la partie, mais en option. Il s'agit d'un dispositif qui a été inauguré sur la limousine A8 l'an passé. Audi a d’ailleurs été le premier constructeur a confier à 100 % l’éclairage d’une voiture aux LEDS, sur la sportive R8. L'arrivée prochaine du nouveau TT a été l’occasion pour le constructeur de nous détailler le fonctionnement du système.

Derrière le « Matrix LED » se cache tout simplement une matrice de diodes. Les traditionnels feux de route, à base de xénon, sont remplacés par plusieurs projecteurs composés de LEDs. Au total, ce sont 12 segments lumineux qui sont activables ou désactivables (6 par phare). Il y en a moins que sur l’Audi A8 (8 par phare), mais Audi assure que le nombre de segments n’a pas de rapport direct sur le fonctionnement du système.

Éviter d’éblouir les autres conducteurs

Audi A8 Matrix LED headlights

Le système est couplé à une caméra en mesure d’identifier les différents éléments que l’on puisse rencontrer sur une route : voiture, moto, vélo, ou encore piéton, mais également des obstacles. Par exemple, lorsque l’on croise un véhicule de nuit, plutôt que de l’éblouir avec un faisceau plein-phare puissant, le système va automatiquement désactiver le segment qui pourrait le gêner, de manière dynamique sur tout son trajet. Le fait d’avoir confié cette tâche à une matrice électronique permet de faire fonctionner le dispositif plus rapidement et de manière plus fiable qu’un système mécanique. Le système est en mesure de gérer jusqu’à 8 éléments sur la route, tout en garantissant un éclairage optimal pour le conducteur.

L’ensemble est couplé à l'interface de navigation, afin de pouvoir régler automatiquement l’intensité des phares, par exemple passer en plein phare dès que l’on quitte une zone urbaine. Le but est bien entendu d’améliorer la sécurité de la conduite de nuit, durant laquelle 25 % des accidents en Allemagne ont lieu malgré une densité de circulation bien inférieure à celle de la journée. L’expert en éclairage Jurgen Wilhelmy explique ainsi que « les yeux sont un goulot d’étranglement », puisque 96 % des informations absorbées par le cerveau d’un conducteur passent par les yeux.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire