Aurous, le Popcorn Time de la musique qui se dit légal

Aurous est un service de musique en ligne relativement classique, comparable à Apple Music, Spotify ou Deezer. Mais à la différence des services que nous connaissons déjà, Aurous a pour particularité de proposer de la musique gratuitement et sans publicité, et le tout en clamant haut et fort sa légalité.

On ne peut s’empêcher de lever un sourcil lorsqu’on découvre le concept d’Aurous : de la musique gratuite, illimitée et sans publicité, on a déjà vu ça quelque part. Sauf qu’à chaque fois, les majors et autres ayants droit sont passés par là et ont obtenu des différents services, de Napster à Blogmusik (devenu Deezer entre-temps), qu’ils rentrent dans le rang. Mais son créateur, l’américain Andrew Sampson, n’hésite pas à clamer la légalité de son service : Aurous n’héberge aucun fichier, mais agrège en revanche les contenus de services légaux et en règle avec les ayants droit comme SoundCloud, YouTube ou Spotify. Pour la diffusion, il se base ainsi sur un système de Peer to Peer mais  contrairement à BitTorrent, les utilisateurs ne téléchargent pas des fichiers, mais des flux de diffusion provenant d’autres services. En tout, ce seraient près de 120 APIs publiques que le service utiliserait pour se fournir en musique, selon Sampson.

Sorti il y a seulement quelques jours en version Alpha, Aurous s’est déjà vu affublé du surnom de « Popcorn Time de la musique », une comparaison que l’auteur refuse : « Nous utilisons des contenus provenant de sources légales. D’un point de vue légal, ce que nous faisons correct, tous les fichiers provenant de sources légitimes puisque nous n’hébergeons rien. » Un point de vue que ne partagent pas les ayants droit : la Recording Industry Association of America (RIAA) vient de porter plainte contre le tout jeune service, affirmant qu’il s’agit d’un « exemple flagrant de business model fonctionnant grâce aux violations de droits d’auteur à grande échelle ». L’association de défense des droits d’auteur compte ainsi demander une peine maximale pour Aurous, soit 150 000 dollars de dommages et intérêts par infraction constatée aux droits d’auteur.

À Lire : Apple Music, Spotify, Deezer... Quel est le meilleur service de musique en ligne ?
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire