Mobiles : l'Autorité de la concurrence veut encore baisser les tarifs

Si les tarifs en téléphonie mobile ont baissé de près de deux tiers de leur valeur depuis 2005, force est de constater que le montant des factures des utilisateurs n'ont pas vraiment diminuées. L’Arcep a donc saisi l’autorité de la concurrence sur cette question : « L’écart qui demeure entre les charges de terminaison d'appel pratiquées par les opérateurs et les coûts réels supportés reste un obstacle au développement de la concurrence notamment pour les petits opérateurs et les nouveaux entrants », explique l’autorité.

« Favoriser l’entrée de nouveaux opérateurs »

« Dans ces conditions, l'Autorité de la concurrence émet un avis favorable à la proposition de l'ARCEP de maintenir une régulation sur ces marchés et appelle de ses vœux le maintien du rythme de baisse de la terminaison d'appel vocal sur les réseaux mobiles. (...) L'Autorité de la concurrence invite parallèlement l'ARCEP à continuer de porter ses efforts sur le développement de la concurrence (...) en favorisant l'entrée de nouveaux opérateurs (...) ou d'opérateurs virtuels (MVNO). Plus la concurrence y sera forte, plus les opérateurs déploieront d'efforts pour rester compétitifs et ne seront pas tentés de répercuter la hausse de leurs coûts sur les prix de détails ».

Cela pourrait passer par le modèle « full MVNO », qui offrirait une plus grande autonomie vis-à-vis des trois opérateurs historiques (SFR, Bouygues Telecom et Orange), et donc des utilisateurs. Pour rappel, on ne compte actuellement que 3,5 millions de clients MVNO pour un total de 64 millions d’abonnés en France.