CNIL : encore un avis défavorable à Hadopi

Albanel encore contrediteMême si tout parait défavorable à la loi Création et Internet, cela ne l’empêche pas de continuer sa voie toute tracée de l’adoption par l’Assemblée nationale. Toutefois, une nouvelle voix vient contredire ces dispositions, elle est de taille puisqu’il s’agit de celle de la CNILCommission Nationale de l’Informatique et des Libertés. Autorité administrative chargée de garantir la protection des informations relatives à la vie ....

Un avis qui devait rester confidentiel

Cette demande d’avis à la CNIL vient directement du gouvernement, mais face aux conclusions de la Commission, il devait rester confidentiel. Peine perdue pour Christine Albanel. L’avis de la Commission ne remet malgré tout pas en cause le fond de la loi, là n’est pas son rôle, mais bel et bien sa mise en application douteuse. Ainsi, l’organisme présidé par Alex Türk déplore que les avertissements par e-mailCourriel est la contraction de courrier électronique, terme francophone employé pour désigner ce que l’on appelle couramment e-mail, ou mail, en angla... et par lettre recommandée soient seulement une possibilité et non une obligation pour les ayants droit. Pour elle une mise en demeure devrait être obligatoire avant toute sanction.

La Commisison tique également sur le fait que les sanctions soient prises par une haute autorité administrative et non pas dans le cadre judiciaire habituel. Elle s’interroge ainsi « sur la nature exacte du traitement des données personnelles susceptibles d’être mis en oeuvre par les agents de la HadopiProjet de loi française relative à la protection des droits d’auteur sur Internet. Elle introduit notamment le concept de riposte graduée et prévoit l.... » Elle estime même que cela « paraît porter une atteinte excessive à la protection des données à caractère personnel. » Mais c’est aussi l’obligation de surveillance par les entreprises de leurs salariés qui ne passe pas, elle estime que cela « comporte un risque de surveillance individualisée de l’utilisation d’Internet. »

Une claque pour Hadopi

Alex Türk ne fait pas de cadeau à l'HadopiMais le plus décrédibilisant pour la loi Création et Internet est l’interrogation de la CNIL sur son bien-fondé, une interrogation en forme de claque pour celle-ci : « Les seuls motifs invoqués par le gouvernement afin de justifier la création du mécanisme confié à la Hadopi résultent de la constatation d’une baisse du chiffre d’affaires des industries culturelles. À cet égard, la Cnil déplore que le projet de loi ne soit pas accompagné d’une étude qui démontre clairement que les échanges de fichiers via les réseaux “pair à pair” sont le facteur déterminant d’une baisse des ventes dans un secteur. »

Enfin, la commission s’estime en « porte-à-faux » puisqu’elle n’a légalement pas le droit de publier cet avis sans l’accord du gouvernement malgré ses nombreuses demandes. Selon elle, la publication d’un tel document participerait à une « parfaite information du Parlement lorsqu’il est amené à devoir traiter de telles questions. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • aviat17
    Enfin un organisme responsable qui pose la bonne question.
    Mesdames et Messieurs du Gouvernement, démontrez nous avant de faire adopter cette loi (liberticide), preuves à l'appui que l'HADOPI est nécéssaire.
    Légifirer c'est bien, mais il ne faut pas le faire à l'aveugle.

    En tout cas, j'espère que cet avis (réflexion) de la CNIL va pousser les acteurs de ce projet à enfin devenir raisonnables en se rendant compte ENFIN qu'ils font fausse route dans ce dossier, car les motivations avancées comme "levier" pour crédibiliser les raisons de cette loi sont fallacieuses et surtout pas les bonnes.
    0
  • Anonyme
    c'est bien fait pour Albamel ! Après les députés européen, les associations de consommateurs, maintenant la CNIL faut il faire appel aux droits de l'homme pour stopper cette usine à gaz !
    0
  • Sam Both
    Ne nous faisons toutefois pas trop d'illusions. Entre des gens sensés (CNIL, Associations de consommateurs etc, etc...) et des sénateurs et députés godillots, vieillots et idiots, on sait de quel côté penchera la balance. Je pense que seul, un président de la république sensé pourrait mettre les pendules à l'heure. Mais ce n'est pas le cas. En fin de compte, il ne restera plus que la cour de justice européenne. C'est bien dommage.
    0