Live Test : iPod nano (3/3) : le bilan


Dimitri : ancien possesseur de baladeur, il a rangé cet accessoire au placard depuis qu’il utilise son iPhone pour écouter sa musique. Aujourd’hui il se demande si l’achat d’un baladeur peut encore se justifier lorsqu’on possède un smartphone.                 

L’iPod nano est à la fois un bel objet et un baladeur de qualité. Pour autant, à 169 € au minimum (en France), pour la version 8 Go, le consommateur est en droit de se demander si l’appareil d’Apple n’est pas surcoté. Surtout en France où « la Pomme » ne se prive pas d’ajouter un surcoût à un prix déjà gonflé par la taxe sur la copie privée. Notez plutôt : 209 € pour la version 16 Go lorsque celle-ci est disponible à 179 $ dans n’importe quel Apple Store américain.

L’iPod nano est un baladeur cher. Encore plus depuis qu’il a perdu sa fonction vidéo. Surtout, pour 30 € de plus que la version 16 Go, il est possible d’empocher le dernier iPod touch qui offre bien plus de possibilités. Et que dire de la concurrence ? Sandisk, Cowon ou Samsung qui offrent des produits aux performances au moins similaires pour un coût moindre. Encore plus qu’avec un autre produit d’Apple, le consommateur d’iPod doit donc être conscient qu’il paye, en partie, le fait d’avoir une pomme au dos de son baladeur.

Un iOS qui ne dit pas son nom

Jean-Sébastien : utilisateur d’iPod depuis 2003, il a arrêté de l’utiliser depuis l’acquisition du premier iPhone en 2007. Lui aussi a troqué son smartphone contre son baladeur.    

En utilisant quotidiennement un iPhone, l'intérêt d’un iPod nano pour mon usage est clairement limitée. La seule fonction qui me manquerait réellement est celle du tuner FM, même si elle est compensée en partie par mon utilisation des podcasts. L’ergonomie tactile m’a convaincu, mais je suis toujours autant déçu par la qualité des écouteurs fournis par Apple.

La nouvelle interface tactile a également l’avantage d’homogénéiser la gamme entre iPod touch et nano. On retrouve le même principe d'icône dédiée à une fonctionnalité. Dommage que cette interface soit un iOS qui ne dise pas son nom. Apple pourrait tout à fait assumer le fait qu’il est dérivé du système d’exploitation de l’iPhone et même proposer des applications dédiées à l’iPod nano, comme il le fait pour l’iPad. Le prix assez élevé de cette nouvelle gamme serait ainsi déjà un peu mieux justifié par cette offre d’application.