Un bracelet moniteur cardiaque pour remplacer vos mots de passe

L'idée qui obsède certaines sociétés ces temps-ci, c'est de supprimer le mot de passe. Du moins, le transformer. Ne plus avoir à recourir à une combinaison de chiffre et de lettre, mais plutôt en utilisant simplement une singularité de son corps. Apple a été le premier à se lancer franchement dans la brèche avec son Touch ID, un lecteur d'empreinte digitale particulièrement perfectionné. Mais d'autres suivent, parmi lesquels la société Bionym.

L'idée est de reconnaître l'utilisateur, ici avec son battement cardiaque. Un petit bracelet appelé Nymi se propose d'être le lien entre votre environnement et vous. Il lit simplement votre rythme cardiaque, qui est tout aussi unique que votre empreinte digitale et vous authentifie auprès des différents appareils. L'avantage, c'est que vous n'avez même pas besoin d'y penser, contrairement à la solution d'Apple qui, bien que rapide, nécessite d'avoir un élément à lire à un emplacement précis.

Un rythme unique

Alors bien sûr, les questions fusent : que se passe-t-il en cas de variation de rythme cardiaque, après avoir couru une bonne heure ou au contraire, après s'être réveillé d'une bonne nuit de sommeil au calme ? Bionym assure que ses recherches lui ont permis d'identifier un modèle qu'il est possible de reconnaître dans ces différents cas de figure.  Une vidéo illustre ce fonctionnement ainsi que l'autre faculté du bracelet : la détection gestuelle. Associé à des objets spécifiques tels qu'une voiture (dans la vidéo une Tesla Model S), il devient possible d'interagir d'un simple mouvement du bras.

Si cela semble encore assez futuriste, le Nymi est pourtant déjà en pré-commande. Les livraisons ne devraient pas commencer avant l'été prochain, mais cela laisse du temps pour que des développeurs s'intéressent à la plate-forme et construisent autour un écosystème suffisamment dense pour rendre la technologie attractive au grand public.

Nymi by Bionym

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire