Un brevet de capteur RVB chez Nikon

Capteur Nikon Un brevet déposé par Nikon en 2003 vient d’être rendu public, et il parle d’une nouvelle technologie pour les capteurs des appareils photo.

Le capteur, comment ça marche ?

Schématiquement, on a une grille composée de photosites qui vont capter la lumière. C’est l’intensité de cette dernière qui est captée. On applique ensuite un filtre (dit de Bayer, son inventeur) qui va permettre de séparer les couleurs. Pour quatre photosites, on va capter un bleu, un rouge et deux verts. Un algorithme va ensuite se charger de définir la couleur de chaque pixel. Chaque photosite va donc capter une seule couleur, mais le filtre permet de définir la couleurs du pixel qui correspond à ce photosite.

La technologie de Nikon améliore les capteurs

La technologie de Nikon utilise un jeu de miroir et de filtre qui va permettre de diriger la lumière vers des capteurs spécifiques. Quand la lumière arrive, elle sera filtrée : la lumière bleue est envoyée vers une diode bleue, le rouge et le vert passent. Le deuxième filtre renvoie la lumière verte sur un capteur et laisse passer la lumière rouge. Le dernier renvoie la lumière rouge sur un capteur et laisse passer ce qui reste (l’infrarouge, notamment). Cette technologie permet à chaque photosite de recevoir les trois couleurs, ce qui devrait améliorer les performances des capteurs.

L’analyse : Cette technologie semble prometteuse pour la qualité, mais a deux défauts : un prix a priori élevé, étant donné l’usage de microlentilles et de filtres, et une mise en oeuvre difficile sur les petits capteurs, car on doit disposer de trois zones pour capter la lumière sur les photosites. Ce brevet date de 2003 et Nikon ne l’utilise pas actuellement, ce qui prouve sa complexité (ou son coût élevé).