Yahoo rachète Tumblr pour 1,1 milliard de dollars

La rumeur enflait ces derniers jours : Yahoo s’apprêterait à racheter le service de blog et de partage Tumblr. L’annonce a finalement été officialisée lundi 20 mai.

C’est un rachat énorme dans l’industrie des nouvelles technologiques. Celle du service de blog Tumblr, désormais propriété du géant Yahoo qui aurait déboursé la modique somme de 1,1 milliard de dollars (855 millions d’euros) d’après les informations du Wall Street Journal. Pour le vieillissant Yahoo, qui reste tout de même le quatrième site le plus visité dans le monde d’après Alexa, c’est surtout l’occasion de se racheter une jeunesse et une image plus moderne après l’échec du rachat de Dailymotion, bloqué par le gouvernement français.

Pour David Karp, PDG de Tumblr, ce rachat est surtout une opportunité d’accélérer le développement de la plateforme. « Le travail qui nous guide reste le même – et on a encore beaucoup à faire – mais avec plus de ressources pour s’en sortir », écrit-il sur le blog officiel de Tumblr, concluant l’annonce de ce rachat d’un « Fuck yeah » rafraichissant dans l’écosystème de Yahoo.

Tumblr doit son succès à son image jeune, créative et l'absence de censure. Comme certains sites américains l’ont souligné, le réseau regorge en effet de blogs sinon pornographiques, au moins érotiques. Par ailleurs, du fait de son interface très simple, Tumblr est particulièrement adapté au partage de contenus vus sur Internet. Afin de rassurer les utilisateurs du site, Marissa Mayer promet sur le nouveau blog officiel de la firme de « ne pas foirer ». « La feuille de route, l’équipe et leur irrévérence resteront les mêmes tout comme leur mission de donner aux créateurs la possibilité de faire le meilleur travail possible et d’obtenir l’audience qu’ils méritent », écrit ainsi la PDG de Yahoo. Malgré tout, on ne peut s'empêcher de penser que 1,1 milliard de dollars pour un nouveau design sur le blog officiel de Yahoo, ça reste cher payé.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire