Adieu cabines téléphoniques

Les cabines téléphoniques vivent leurs dernières heures, Orange n’étant plus tenu de les maintenir en fonctionnement.

Installées en France depuis 1884, elles sont gérées par l’opérateur historique français. Jusqu’alors, il devait fournir un « accès à des cabines téléphoniques publiques installées sur le domaine public ou à d'autres points d'accès au service téléphonique au public », comme expliqué dans l’article L35-1 du Code des postes et des communications électroniques. Le Sénat vient de lever cette obligation afin de permettre à Orange de concentrer ses efforts sur la couverture des réseaux mobiles.

En 1997, le territoire était couvert par 300 000 publiphones. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 40 000. La démocratisation du téléphone portable aura eu raison de ces téléphones publics. Fort heureusement pour Orange puisque le coût d’entretien du parc restant s’élève à 13,6 millions d’euros par an alors qu’ils ne génèrent plus que 12 millions d’euros de chiffre d’affaires. « À titre de comparaison en 2000, le trafic représentait un chiffre d’affaires de 516 millions d’euros, et en 2007 (...) 124 millions d’euros », peut-on lire dans un rapport parlementaire publié en 2014.

La suppression des cabines téléphoniques s’effectuera proportionnellement à l’extension de la couverture 2G et 3G sur le territoire national. Celle-ci « va nécessiter un engagement financier très significatif de la part des opérateurs, que la suppression de cette composante du service universel viendra pour partie compenser », déclare le gouvernement.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire