Affaire Call of Juarez : 5079 internautes incriminés

Call of JuarezNous vous parlions la semaine dernière d’une lettre de mise en demeure envoyée à de nombreux internautes français, accusés d’avoir piraté sur Internet le jeu vidéo pour PC Call of Juarez (cf. notre actualité. Cette lettre de mise en demeure, qui demandait la somme de 400 euros de dédommagement à l’amiable à chaque contrevenant, présentait toutefois quelques incohérences et surtout levait certaines suspicions quant à sa légitimité. Nos confrères de Ratiatum, qui avaient révélé l’affaire, reviennent sur le sujet et précisent certains points importants, jusqu’ici obscurs...

5079 internautes concernés et 8 FAI impliqués

Nous savions déjà que Free faisait partie des fournisseurs d’accès ayant fourni à l’éditeur les coordonnées des internautes concernés, les IP ayant été relevées sur les réseaux peer to peer (incluant, mais ne se limitant pas à, eMule). Rien ne permettant cependant à ce moment là de prouver que d’autres fournisseurs d’accès avaient eux aussi fourni de telles coordonnées pour cette procédure. Aujourd’hui, nous savons que ce sont huit fournisseurs d’accès qui sont concernés dans cette affaire, regroupant ainsi plus de 5000 internautes. Parmi les fournisseurs d’accès en question : Free, Neuf Cegetel, France Télécom, Tele 2, Club Internet et Tiscali.

« Le texte de la requête indique que Logistep [société suisse spécialisée dans le piratage, ndlr] a utilisé un logiciel baptisé « File Sharing Monitor » pour scanner un ou plusieurs réseaux d’échange de fichier peer to peer (seul eMule est mentionné explicitement), et repérer l’adresse IP des fraudeurs présumés », explique Yann Philippin dans le Journal du Dimanche. « Dans son ordonnance, le président du TGI de Paris a enjoint les huit fournisseurs d’accès concernés à communiquer trente jours après en avoir reçu la demande les noms et adresses de l’ensemble des abonnés concernés ».

D’autres affaires à suivre

C’est donc la première fois qu’une société obtient des fournisseurs d’accès que ceux-ci leur procurent les coordonnées de certains de leurs abonnés à partir d’adresse IP relevées sur Internet. Cette fois risque cependant de pas être la dernière puisque Logistep, qui a été mandaté par Techland, l’éditeur, pour relever les adresses et lancer la procédure, aurait été contacté par d’autres entreprises dans le domaine de la musique, du jeu vidéo et des logiciels.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
11 commentaires
    Votre commentaire
  • Dams
    Anonymous a dit :
    Logistep [société suisse spécialisée dans le piratage, ndlr]


    Ne pas mal interprêté, ne pas mal interprêté...

    C'est quand même flagrant comme coup marketing... un jeu dont la réputation reste à faire se fait remarquer sur tous les sites d'informatique... déteignant également probablement sur les sites de jeux-vidéo (que je ne fréquente pas particulièrement).
    J'aimerai savoir combien de plaintes auraient été portées si une telle pêche aux pirates avait été faite pour Need For Speed Carbon, Windows Vista ou PES 6....
    0
  • Kenelm
    Anonymous a dit :
    J'aimerai savoir combien de plaintes auraient été portées si une telle pêche aux pirates avait été faite pour Need For Speed Carbon, Windows Vista ou PES 6....


    Je crois que le choix du jeu a ete tres longment etudie. En effet, imagines un peu la meme chose sur un jeu a plus fort succes, genre ceux que tu cites...

    Une entreprise depassee par la quantite d'infos a traiter ? Pour sur. Combien de mails a envoyer ? Beaucoup. Une plainte pour spam ? Tres probablement :D
    0
  • grossefrancoise
    +1 Dams

    Ce qui m'étonnes c'est le dédommagement à l'amiable de 400 € pour un jeu qui en vaut 65€. Alors l'éditeur se voit recevoir un chèque de 400 € pour un jeu qu'il n'a pas vendu et qui n'est pas sorti des usines de production, c'est limite bénéfique. ceci étant il faut quand même qu'il paie Logistep car le service ne doit pas etre gratuit.

    Ce qui fait le plus peur c'est ce que peux engendré l'excès dans ce type de méthode de reconnaissance par IP.
    Monsieur Martin a été sur ebay le mardi, a regardé un site pornographique le mercredi soir et a commandé des cassettes chez Virgnac le samedi. Il s'est même renseugné sur le prix de la nouvelle Lada. C'est exagéré mais fait peur pour nos libertés futures.
    0