Manuel Noriega porte plainte contre Call of Duty

Activision vient de voir commencer son dernier procès en date aux États-Unis, et peut-être aussi le plus étrange : l’ancien dictateur panaméen Manuel Noriega a porté plainte contre l’éditeur car le jeu Call of Duty : Black Ops 2 inclus justement son personnage dans le rôle du grand méchant.

Manuel Noriega, qui purge actuellement une peine prison de 60 ans depuis les années 90, a eu vent du jeu et de la présence de son personnage par son petit-fils, « un grand fan de jeux vidéo ». Le jeu place en effet le joueur dans l’Amérique centrale des années 60 et 70, et reproduit plus ou moins fidèlement des opérations menées par les services secrets américains dans plusieurs de ces pays. On y croise donc à au moins deux reprises Manuel Noriega, que l’on surprend tantôt en train d’assassiner deux de ses soldats pour garder un secret, tantôt en train de tenter de soudoyer le joueur.

Pour Manuel Noriega, le vrai, il s’agit d’une utilisation frauduleuse de son image, puisque sans autorisation de sa part. Pour Rudy Giuliani, avocat d’Activision et ancien maire de New York, « Manuel Noriega n’est pas plus qu’un personnage accessoire dans Call of Duty et ne mérite pas le moindre centime dans ce procès grotesque. Si l’accusation venait à gagner, ce procès mettrait entièrement fin au genre de la fiction historique », a précisé l’avocat, expliquant que la jurisprudence qui serait ainsi créée pourrait mettre en danger toutes les oeuvres de fiction basées sur des faits réels.

Manuel Noriega dans Call of Duty : Black Ops 2

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire