Des cancérologues avertissent des dangers du téléphone portable

Dr. David Servan-SchreiberPour la première fois, vingt spécialistes de la question (dont des cancérologues) viennent de faire part des possibles risques liés à l’utilisation des téléphones portables. Réunis par le professeur David Servan-Schreiber, ces vingt sommités font par de leur doute quant à l’innocuité de la téléphonie mobile.

Dix recommandations en attendant d’en savoir plus

D’aucune manière, les scientifiques en question n’affirment définitivement que les risques liés à l’utilisation des portables sont avérés. Malgré tout, certains premiers indices peuvent indiquer leur influence sur le corps humain. Une étude suédoise récente montre notamment que le risque d’avoir une tumeur cancéreuse du côté, l’on téléphone, est multiplié par deux au bout de dix ans.

Un rapport américain BioIniative montre également un risque d’augmentation des leucémies infantiles. Ces études sont toutefois contestées par les scientifiques doutant de la malignité de ces ondes et arguant du fait qu’elles ne sont pas assez rigoureuses.

Face à ses doutes et pour ne pas reproduire une catastrophe sanitaire digne de l’amiante, dix conseils sont ainsi donnés pour limiter les risques d’expositions :

  • Pas d’utilisation par les enfants de moins de 12 ans
  • Maintenir le téléphone à un mètre du corps durant les communications
  • Rester à plus d’un mètre d’une personne qui utilise son téléphone
  • Ne pas porter le téléphone sur soi
  • Si c’est le cas, tourner la face clavier sur soi, antenne à l’extérieur
  • Ne pas réaliser de conversation longue
  • Si la communication s’éternise, changer de coté régulièrmenet
  • Ne pas l’utiliser en déplacement (train, voiture, etc. ) ou si le signal est faible
  • Privilégier les SMS qui limitent la durée d’exposition
  • Choisir un appareil avec le DAS (Débit d’Absorbtion Spécifique) les plus bas possible