Cinéma : Christian Bale abandonne le biopic sur Steve Jobs

Christian Bale en 2009 (Crédit : CC BY 2.0 Asim Bharwani)Christian Bale en 2009 (Crédit : CC BY 2.0 Asim Bharwani)Alors qu’il était confirmé pour incarner Steve Jobs dans le prochain film de Danny Boyle scénarisé par Aaron Sorkin, Christian Bale se serait retiré soudainement du projet, comme le rapporte le site Hollywood Reporter.

Décidément, le projet de biopic sur la vie de Steve Jobs aura bien du mal à se monter. Après un premier film sorti l’an dernier avec Ashton Kutcher dans le rôle du fondateur d’Apple, un second long-métrage est actuellement en préparation à Hollywood. Bien que le projet remonte déjà à mai 2012, ce deuxième film, produit par Sony et basé sur la biographie officielle de Walter Isaacson, semble avoir du mal à rentrer en production. Après le désistement de David Fincher, remplacé par le réalisateur Danny Boyle (Slumdog Millionaire, Trainspotting), c’est au tour de l’acteur Christian Bale d’abandonner le navire.

Pourtant, l’annonce officielle selon laquelle le comédien incarnerait Steve Jobs ne date que du 23 octobre dernier, il y a moins de deux semaines. Pressenti depuis plusieurs mois après l’abandon de Leonardo DiCaprio, Christian Bale a été dévoilé officiellement par le scénariste Aaron Sorkin (The Social Network, A La Maison Blanche) au cours d’une interview auprès de Bloomberg. « Nous avions besoin du meilleur acteur possible à bord, et c’est Christian Bale », a-t-il déclaré.

Néanmoins, comme le rapporte le site Hollywood Reporter ce lundi, l’acteur britannique, interprète de Batman dans la trilogie de Christopher Nolan, n’incarnera finalement par Steve Jobs. « Bale, après de nombreux questionnements, est venu à la conclusion qu’il n’était pas la bonne personne pour le rôle et a décidé de se retirer », écrit le site américain.

Aucune date n’est encore avancée pour la sortie du film. Aucun nom de remplaçant n’a encore été annoncé par la production. Il semble toutefois difficile de trouver mieux que le « meilleur acteur possible », même s’il n’était « pas la bonne personne ».