Un clavier sans touche pour équiper les smartphones

« Il y a un problème fondamental pour la saisie de données sur les terminaux mobiles », pense Benjamin Ghassabian, directeur de SnapKeys. « Les claviers ont été conçus pour des appareils fixes, pas mobiles. Et les écrans ne sont pas supposés être des périphériques d’entrée de données, mais plutôt de sortie », précise-t-il ensuite à Reuters.

Cette start-up israélienne a mis dix ans à concevoir ce « clavier sans touche ». Le système consiste en quatre touches invisibles disposées par deux de chaque côté de l’écran. Chacune d’entre elles comprend six à sept lettres. Dans un premier temps, la localisation des lettres apparait sur l’écran, mais la société pense que les utilisateurs l’apprendront rapidement. En tapant sur ces touches invisibles avec les pouces, le système prédit les mots.

La version anglaise comprend environ 100 000 mots et promet une précision de 92 %. Selon Benjamin Ghabassian, le système serait bien plus rapide qu’un clavier physique ou tactile. Il est pour le moment disponible pour toutes les langues européennes, mais aussi le Chinois. Une version indienne est en cours de préparation. Philips devrait prochainement intégrer le système dans ses périphériques.