Quand le cloud computing aide les ONG

Le cloud computing peut-il aider les oeuvres de bienfaisance ? C’est l’une des pistes exploitées par certaines d’entre elles en Angleterre. L’utilisation de ce genre de technologie permet de faire baisser leurs coûts de fonctionnement, crucial à un moment de crise économique globale où leurs dons sont susceptibles de baisser.

L’une des particularités du cloud computing est de permettre des économies en terme d’économie d’énergie, mais aussi en moyens pour déployer des licences logicielles ou des mises à jour de sécurité sur les postes de chacun des employés. Tout cela peut être géré à distance par une seule personne plutôt que de déployer cela machine par machine.

Souvent sur le terrain, les salariés et volontaires des ONG ont également des besoins en communication mobile très particuliers. Le cloud permet ainsi de proposer des ordinateurs distants à toute personne répartie dans le pays. Elle peut ainsi retrouver son bureau et ses applications depuis n’importe quel ordinateur d’où elle se connecte. 

Un accès sécurisé aux données de l'association

Le Guardian prend ainsi l’exemple d’une association de 26 employés, Carreer Academies UK, qui accompagne des milliers de personnes dans un cursus d’éducation. L’association a connu une croissance rapide depuis 2002 et compte désormais plusieurs directeurs régionaux. Il n’avait avant accès qu’à certaines données de l’association en faisant une demande par e-mail et attendre qu’on veuille bien y répondre. Depuis le déploiement d’un système de cloud computing, ils ont désormais accès à tout le système de l’association de manière sécurisée.

On voit que le cloud computing trouve des usages et provoque des retombées plutôt inattendues chez les professionnels. Alors que le grand public croit qu’il reste encore une chimère, il l’utilise pourtant au quotidien par le biais des services de Google ou d’Apple (Google docs, iCloud, etc.).

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire