Vie privée : la CNIL s'attaque à Facebook

Après s’être attaquée à plusieurs reprises à Google, ce lundi, la CNIL a publié un communiqué à l’encontre de Facebook. L’autorité administrative demande ainsi au réseau social un changement de ses pratiques tant dans le recueil des données d’utilisateurs en France, que dans l’exploitation de ces données.

C’est un coup dur qui vient d’être porté à Facebook par la CNIL, la commission nationale informatique et liberté. L’autorité indépendante vient en effet de publier un communiqué au jugement particulièrement sévère à propos des pratiques de collecte des données par le réseau social. Selon l’enquête réalisée par l’institution, le réseau social ne respecterait pas les mesures imposées par la loi Informatique et Libertés, aux dépens des utilisateurs et de leur vie privée.

La CNIL reproche cinq points essentiels à Facebook. Selon les études de la commission, le réseau social « est en mesure de suivre la navigation des internautes, à leur insu, sur des sites tiers alors même qu’ils ne disposent pas de compte Facebook », notamment à l’aide des boutons « j’aime » ou « se connecter ». Par ailleurs, le réseau social ne demanderait pas le consentement des internautes à la collecte de ces données qui permettent de déterminer leurs opinions politiques, religieuses ou leur orientation sexuelle. « Aucune information n’est délivrée aux internautes sur leurs droits et sur l’utilisation qui sera faite de leurs données sur le formulaire d’inscription au service », regrette la CNIL. Enfin, concernant le recueil de données, la CNIL accuse Facebook de « déposer sur l’ordinateur des internautes des cookies à finalité publicitaire sans les en avoir au préalable correctement informés ».

Concernant l’exploitation de ces données, la CNIL se veut tout aussi critique à l’encontre de Facebook, regrettant que le réseau social combine toutes les informations recueillies sans proposer aux internautes un « mécanisme leur permettant de s’opposer à la combinaison de l’ensemble de ces données à des fins publicitaires, ce qui méconnaît leurs droits et intérêts fondamentaux et porte atteinte au respect de leur vie privée ». Enfin, la CNIL reproche également à Facebook d’héberger les données de ses utilisateurs sur des serveurs américains, malgré la fin de la règle du « safe harbor » depuis le 6 octobre dernier.

Cette mise en demeure par la CNIL constitue un premier avertissement pour Facebook qui a désormais trois mois pour se conformer à la réglementation sous peine de sanctions économiques comme l’autorité en a déjà infligé à Google notamment. Du côté de Facebook, interrogé par Le Figaro, on se veut rassurant : « La protection de la vie privée est une priorité pour Facebook. Nous sommes confiants que notre service est en conformité avec le droit européen en matière de protection des données. Bien entendu, nous prendrons contact avec la CNIL pour discuter des points soulevés ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire