Hotspots Wi-Fi : la Cnil s'attaque aux points d'accès publics

Un point d'accès Wi-Fi public à New York Un point d'accès Wi-Fi public à New York Ce lundi, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), publiait ses observations et ses recommandations concernant les points d’accès Wi-Fi publics.

Après avoir effectué des vérifications, des tests et des contrôles sur plusieurs hotspots Wi-Fi, la Cnil a publié les résultats de son enquête ce lundi. Depuis plusieurs années, les points d’accès Wi-Fi publics se multiplient en France. On peut désormais en trouver dans des parcs, des restaurants, des hôtels, des bibliothèques ou des bars. Pourtant, ces points d’accès doivent répondre à une certaine réglementation, comme le rappelle la Cnil.

Dans un communiqué publié ce lundi, l’autorité administrative fait part de ses observations. Elle regrette ainsi que « de nombreux opérateurs de communication électronique conservaient des données portant sur le contenu des correspondances échangées ou des informations consultées », quand bien même la loi leur interdit de le faire. Les organismes mettant en place des hotspots Wi-Fi ne doivent en effet conserver que les données utiles dans le cadre d’une enquête pénale. Par ailleurs, cette conservation doit être limitée dans le temps. Les données ne peuvent pas être gardées plus d’un an, en raison des risques d’atteinte à la vie privée. La Cnil regrette également que certains points d’accès utilisent des outils de surveillance qui peuvent récupérer plus d’informations que nécessaire sur la navigation d’un internaute : « Le recours à de tels outils doit être évité ou un paramétrage limité doit être mis en place ».

Lire aussi : Wi-Fi gratuit, les pièges à éviter

Par ailleurs, les fournisseurs de hotspots Wifi sont tenus d’informer les utilisateurs sur les données qui seront recueillies lors de leur navigation sur Internet. Une obligation qui n’est pas toujours respectée à en croire les observations de la Cnil : « L'information fournie aux utilisateurs des services d'Internet en libre accès, ne s'avérait pas toujours satisfaisante, voire inexistante ».

Enfin, l’enquête de la Cnil conclut paradoxalement à des failles de sécurité de la part de points d’accès Wi-Fi. Si ceux-ci ont tendance à trop surveiller les internautes, ils ne sont ainsi pas exempts de failles, notamment avec l’absence de chiffrement du Wi-Fi, la possibilité d’accéder au BIOS du routeur ou de le contrôler en accédant simplement à un port USB.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire