La CNIL nouvelle ennemie de la Loppsi

Alex Türk, président de la CNILAlex Türk, président de la CNILLa CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) n’avait pas vraiment apprécié de voir son rapport sur la loi Hadopi censuré par le gouvernement. Aujourd’hui, elle rend public celui sur la Loppsi, la prochaine loi sur les nouvelles technologies, pressentie comme liberticide par ses opposants.

Crainte sur les mouchards

Malgré l’interdiction du gouvernement de publier l’avis, ce dernier avait finalement été connu de tout le monde suite à une fuite dans la presse. Le Parlement a donc pris la décision de pouvoir demander publication de tout avis avant de prendre une décision. C’est exactement ce qu’il vient d’arriver avec cet avis sur la Loppsi.

Comme l’on pouvait s’y attendre, ce projet de loi ne réjouit pas vraiment la Commission. La collecte des données est ainsi pointée du doigt puisque la CNIL a peur que la Loppsi permette de récupérer des données chez des personnes habituellement protégées et soumises au secret professionnel (médecins, avocats, journalistes, etc.). Les cybercafés sont également visés puisqu’ils devront conserver pendant 8 mois les frappes de clavier et les images affichées par les utilisateurs. Mais la Commission « estime nécessaire que cette décision d’installation ainsi que les modalités d’utilisation de ces dispositifs particulièrement intrusifs fassent l’objet d’une vigilance particulière. »

Mais la CNIL demande également que des « mesures de traçabilité » soient mises en place pour savoir quelles seront les personnes qui accéderont aux informations ainsi collectées. Nul doute que cet avis, désormais connu de tous les parlementaires servira de point d’appui à leur argumentation lors des prochains débats au Sénat et à l’Assemblée nationale à la rentrée. 

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • a2bfango
    Titre ridicule.
    L'objectif de chaque commission est d'apporter des éléments sur un domaine ou elle se veut "spécialiste". Si faire son métier c'est être un ennemi vous avez une drôle de conception des choses.
    -1
  • [EvilNeo]
    La CNIL a pour role de défendre nos libertés, LOPPSI est liberticide. C'est aussi simple que ça.
    2
  • collinmic
    en même temps toutes les lois ont un côté liberticide. Elles ont pour but de mettre en place un cadre légal qui dit ce qu'on peut faire ou ne pas faire.
    Limiter la vitesse à 120 est liberticide, elle prive les personnes d'aller plus vite.
    Ici, il en est de même excepté que ca va peut être un peu trop loin dans le sens ou il y a des risques important de violé la vie privée. Il ne s'agit pas de priver de liberté mais selon moi de savoir de s'immiscer pour des raisons propres au gouvernement français dans la vie de ses citoyens afin d'avoir un contrôle sur les activités se déroulant sur internet.
    Il n'y a pas de privation de liberté, on peut toujours faire ce que l'on veut mais cela se fera dans un cadre légal déterminé par la loi.

    Le seul point vraiment négatif dans cette affaire c'est qu'il est difficile d'accepter une sorte de contrôle sur ce qui se passe sur internet. On a été habitué à faire plus ou moins tout ce qu'on voulait et l'idée même d'un contrôle sur nos activités est inadmissible pour beaucoup.
    Je pense que les gouvernements du monde entier n'était pas pret pour internet et ils réagissent de plus en plus pour le moment car ils se sont rendu compte qu'il n'avait aucun moyen de contrôle efficace avec les lois actuelles.
    Je ne pense pas que la loi soit bonne pour autant mais l'on vit dans une société ou l'on est de plus en plus surveillé pour des raisons de sécurité ou autre mais je crois que crée un climat de paranoïa au sein d'internet en mettant en place des lois comma hadopi ou celle-ci ternira l'image du pouvoir.
    2