Logiciels libres : Free attaqué en justice

Xavier Niel au tribunal ?Free se retrouve assigné en justice par les concepteurs du logiciel libre Busybox (distribution Linux utilisée dans la Freebox) pour non respect des conditions d’utilisation du logiciel libre. L’une des conditions d’utilisation d’un logiciel libre, c’est que toutes ses modifications soient rendues publiques, ce qui n’a pas toujours été le cas pour Free.

Des millions de dommages et intérêts

Selon les développeurs du logiciel, cette règle n’aurait pas été respectée même si les modifications apportées par les équipes de Free sont estimées comme mineures.

Les trois plaignants, Harald Welte, Rob Landley et Erik Andersen réclament chacun un euro de dommages et intérêts par Freebox mise en circulation, soit entre 4 et 10 millions au total ! Ils demandent aussi le respect par Free des licences GNU/GPL.

Le FAI estime de son côté que ses sources n’ont pas à être rendues publiques, la Freebox faisant partie intégrante de son réseau. Bras de fer en perspective, malgré la publication récente d’une partie du code source de la Freebox (la Freebox ouvre son code source). Aucune date n’a encore été fixée pour le procès...

Qu’en pensez-vous ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
45 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    La licence GNU/GPL doit être respectée !
    Les auteurs sont clairement dans leur droit et Free n'a pas complètement joué le jeu cette fois-ci.
    2
  • Anonyme
    J'en pense que des gens veulent encore se faire du fric sur le dos des gens qui bosse...

    Franchement, Free n'a pas à dévoiler ses modifs puisque ce ne sont pas des corrections de bug ou des évolutions extraordinaires, juste des adaptations pour fonctionner sur la Freebox. Ce n'est pas comme si Free s'était enrichi sur le dos de Busybox....
    0
  • Mika75016
    La question serait de savoir comment font les autres (Neuf/SFR, Orange ...). Je doute que les box concurrentes soient ouvertes et patchables à souhait ...
    -1