A Séoul, les stars de la K-pop font des concerts en hologrammes

Les concerts d'hologrammes en Corée

À Séoul, quatre salles de spectacles sont consacrées aux concerts virtuels. Plusieurs fois par jour, les hologrammes en grandeur nature des stars coréennes sont diffusés sur une scène. Des jeux de lumière, une musique assourdissante ainsi que la présence de vrais danseurs complètent l’illusion d’être dans un vrai concert.

Un concept qui a déjà fait le tour de monde

Au-delà de Séoul, plusieurs villes ont déjà abrité un concert holographique. Ainsi, l’hologramme de la chanteuse sud-coréenne Jaejoong a chanté devant 10 500 spectateurs à Tokyo, une prestation qui sera rééditée à Singapour.

Ces dernières années, grâce à cette technologie, on a assisté à la « résurrection » de Tupac Shakur à Coachella en 2012 et de Michael Jackson aux Billboard Music Awards en 2014. Les concerts virtuels permettent ainsi de relancer les artistes disparus, mais si les chanteurs projetés sont encore en pleine possession de leurs moyens, pourquoi se contenter d'un concert en hologramme ?

Les concerts virtuels sont plus accessibles

La maîtrise du temps et le prix du billet constituent deux raisons impérieuses, a déclaré Sean Park, directeur artistique de la firme coréenne Holotive, qui a créé la technologie de l'hologramme pour les deux salles de concert appartenant à K-Live au centre de Séoul.

Un concert virtuel est beaucoup plus accessible qu'un live, ils peuvent organiser jusqu’à sept spectacles par jour et proposer le billet à 30 dollars. Pour un vrai spectacle, le prix peut grimper jusqu’à 10 fois plus et les billets seront rapidement épuisés. De plus, les artistes ne pourront jamais se produire quotidiennement.

Satisfait des résultats obtenus, K-Live organisera de nombreux concerts à Singapour.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire