300 : la naissance d'un empire : la Geek Critique

Le pitch : Le roi perse Xerxès, devenu dieu, compte marcher sur la Grèce pour venger la mort de son père, le roi Darius, tué au combat par le général grec Thémistocles. Ce dernier convoque toutes les forces de Grèce pour se défendre, et devra affronter la dirigeante de la marine perse, Artémise, pendant que le roi Xerxès est en route pour défaire les spartiates.

5 raisons d’aller voir (ou pas) 300 : la naissance d’un Empire

Comme son nom l’indique, 300 : la naissance d’un Empire est la suite de 300, film de Zack Snyder sorti en 2007, adapté de la bande dessinée de Frank Miller, et qui s’inspirait de la Bataille des Thermopyles. Selon le film, 300 spartiates ont trouvé la mort en affrontant la puissante armée perse. Contrairement à ce qu’on pourrait penser au départ, ce second film ne se déroule pas tout à fait après cette bataille épique, mais pendant. En effet, pendant que les grecs mènent bataille contre l’armée d’Artémis, les spartiates du premier film se battent contre Xerxès : l’action que l’on a à l’écran se déroule donc en parallèle du premier film, une idée qui présente autant de qualités que de défauts.

1. Oui, parce que les combats sont nombreux et rythmés

300 : la naissance d’un Empire remplit formidablement au moins une partie de son contrat : les combats sont nombreux, épiques, rythmés et sanglants. Peut-être même un peu trop sanglants, tant certaines scènes de violence frisent un ridicule plus ou moins assumé, mais cela colle néanmoins avec l’univers mis en place par le premier film et le roman graphique qui en est la base. On retrouve notamment ce qui a caractérisé les combats du premier film, à savoir des chorégraphies travaillées et improbables, des ralentis aux moments clés, et des effets spéciaux réussis, notamment lors des différentes batailles navales, principale nouveauté de ce film sur son prédécesseur à ce niveau. Matrix chez les Grecs !

2. Non, parce qu'il y a beaucoup de blabla, trop de blabla

On ne va pas se mentir : la complexité de l’intrigue ou le développement des personnages ne sont pas franchement les premières caractéristiques qu’on recherche dans un film comme 300. Le film essaie pourtant, assez lamentablement d’ailleurs, de créer une certaine sympathie pour ses personnages, mais ne parvient qu’à provoquer une vague frustration chez le spectateur privé d’action pendant ces moments de dialogues un peu trop longs, et surtout inutiles. Dans le même genre, le premier film avait mieux réussi à faire passer ce genre de passages à travers les combats de ses personnages, quand le second s’échine à casser constamment le rythme pour tenter de caser un semblant de scénario.

3. Oui, parce que le spectacle est au rendez-vous

Outre les scènes de bataille épiques du film, un effort tout particulier a été fait sur son esthétique. Le spectateur est donc plongé dans un monde où tout est gigantesque, sentiment renforcé par les scènes de bataille navale où le montage nerveux permet de profiter tant des combats que de l’ensemble de la scène. Des décors aux costumes, tout le visuel a reçu un soin particulier, et on retrouve d’ailleurs certains choix artistiques du premier film, comme l’assombrissement des plans ou un filtre permanent sur l’image, lui donnant par moment un côté ocre. En outre, sans tout à fait arriver au niveau du premier film, cette suite parvient tout de même à capter le spectateur et à lui en mettre plein la vue.

4. Non, parce que Themistocles n’est pas Leonidas

Le roi de Sparte Léonidas, joué par Gerard Butler, était sans conteste le personnage le plus marquant du premier film. Son absence totale de cette suite se fait donc forcément remarquer, mais son « remplaçant » Sullivan Stapleton campe un Thémistocles beaucoup moins convaincant dans son rôle principal. Il n’a en effet ni le charisme, ni le coffre de son prédécesseur à l’écran, ce qui coupe tout de même une bonne partie de l’intérêt du spectateur quant au côté épique de la bataille.

5. Oui et Non, parce que ce n’est pas tout à fait une suite

Nous l’avons vu, 300 : la naissance d’un Empire ne se déroule pas après, mais pendant le premier film. Ce nouveau film n’est en effet basé sur aucune oeuvre, contrairement à l’original, qui reprenait fidèlement le roman graphique de Frank Miller.  Cela a pour conséquence notable de ne retrouver aucun des spartiates du premier épisode dans ce film, à l’exception de la reine Gorgo (Lena Headey), qui tiendra un rôle bien plus important que dans le premier opus. Ce n’est pas vraiment un défaut, mais ce n’est pas forcément une qualité non plus : l’idée de proposer un autre regard sur une bataille déjà vue est intéressante, mais elle s’avère parfois un peu déroutante, puisque le film ne pose jamais clairement sa chronologie avec des repères concrets, et laisse le spectateur se débrouiller avec ce qu’il doit déjà savoir pour comprendre où on en est. Cet effet est d’ailleurs accentué par les pauvres choix narratifs de cette suite.

Verdict : 300 était une véritable claque visuelle, et sa suite tente clairement de placer la barre au moins aussi haut, sans pour autant vraiment y parvenir. Les bonnes idées sont là, les bons combats et le spectacle aussi, mais l’accent est trop porté sur une trame scénaristique inutile et fatigante, dans un film qu’on est surtout venu voir pour débrancher le cerveau et profiter de l’action. L’absence d’un véritable héros charismatique nous fait également regretter Gerard Butler, bien que le côté épique des batailles nous rappelle un minimum ce qui avait fait la "gloire" du premier film.

Note : 3/5

300 : la naissance d'un Empire, bande annonce

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Leonidas69
    Tout à fait d'accord! voilà une bonne critique mitigée , pas comme les autres qui dissent que ce film est trop nul...ou meilleur que le 1er.... J'ai bien aimé les combats (en mer et sanglants) et la rivalité entre Themistocles et Artemisia! ... Mais je m'attendais toutefois à plus... Surtout a la fin...il lui manquait une meilleure fin avec moins de babardages dramatiques et plus d'intensité" comme dans le premier 300....
    0