On a retrouvé les restes de la sonde Schiaparelli sur Mars

Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a retrouvé les débris de Schiaparelli, la sonde européenne qui s’est crashée sur la planète rouge mercredi dernier. L’analyse des images et des données recueillies durant la descente permettrait de déterminer les causes du crash.

Même si la netteté de l’image n’est pas optimale, l’agence spatiale européenne (ESA) confirme qu’il s’agit bien des débris de l’atterrisseur. Selon eux, l’élément brillant serait le parachute de 12 mètres déployé par Schiaparelli tandis que le point noir serait un cratère formé lors de l’impact. Bien entendu, une analyse approfondie des photos permettrait de déterminer la véracité de cette interprétation.

Un dysfonctionnement des rétrofusées aurait provoqué le crash de Schiaparelli

Après que la sonde a pénétré dans l’atmosphère, le chauffage du module a provoqué une rupture de contact de deux minutes, soit une minute de plus que la prévision. Heureusement, l'ESA a récupéré les données enregistrées durant cette période et les premières analyses démontrent que cette séquence s’est déroulée normalement. Maintenant, les scientifiques vont décortiquer l’étape finale du processus, c'est-à-dire l’ouverture des parachutes, le largage du bouclier thermique et surtout, l’activation et l’arrêt rapide des rétrofusées.

Les traces sombres asymétriques à proximité du cratère attirent l’attention des scientifiques. Ces formes indiquent une vitesse élevée et un léger angle d’approche. Or, la descente de Schiaparelli aurait dû être presque verticale et plus lente. Comme les rétrofusées étaient seulement allumées pendant trois secondes, la vitesse du crash serait supérieure à 300 km/h. Nous aurons plus de détails lorsque les responsables de l’enquête fourniront leurs conclusions vers la mi-novembre.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire