Les déchets électroniques se font recycler

La collecte des déchets électroménagers, électriques et électroniques est désormais obligatoire.

Une taxe destinée au recyclage

Bien entendu, le recyclage de ce genre d’appareils n’est pas gratuit et une taxe sera désormais comprise dans la facture d’achat de ces derniers. Ainsi, l’achat d’un téléphone portable devrait comprendre 0,01 € destiné aux opérations de recyclage alors qu’un réfrigérateur devrait exiger environ 13 €. Pour prendre d’autres exemples, le recyclage d’un PC portable coûtera 0,30 €, une unité centrale 1 € et un moniteur (ou téléviseur) de moins de 20 pouces 1 € (tarifs à titre indicatif selon la grille tarifaire d’Éco-systèmes). Bien sûr, ces taxes n’iront pas dans les poches des distributeurs, mais seront destinées aux quatre groupes de collecte et de traitement, créé sous l’influence du ministère de l’Écologie : European Recycling Platform, Ecologic, Eco-systèmes et Recyclum.

Objectif : traiter 4 Kg sur 14

Comme nous le disions dans l’actualité précédente, aujourd’hui un habitant représente environ 14 Kg de DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) par an. Aujourd’hui, seulement 2 kg de ces déchets sont traités complètement. Le reste étant éliminé sous d’autres formes qu’il ne vaut mieux pas essayer d’imaginer. Avec cette nouvelle démarche, le taux de déchets recyclés convenablement devrait passer à 4 kg par habitant. De plus, les habitants pourront déposer leurs anciens matériels dans des collectivités locales qui s’occuperont d’acheminer ceux-ci aux bons endroits.

Encore loin du recyclage parfait

Dans l’état actuel des choses, 1,7 million de tonnes par an de déchets électroniques sont accumulées et cette quantité augmente de 2 à 3 % chaque année. Une démarche qui s’avère donc nécessaire et utile bien que celle-ci coûte quelques euros au consommateur. Toutefois, il restera 10 kg par habitant et par an qui seront non traités. Espérons que d’autres mesures seront prises à l’avenir, sans pour autant que le consommateur "se déplume".