En réponse au FBI, la DGSE annonce avoir débloqué un Nokia 3310

C’est non sans une certaine fierté que la DGSE a publié ce matin un communiqué dans lequel elle indique être parvenue à contourner les systèmes de protection d’un Nokia 3310. Les services de renseignement ont en effet déployé des trésors d’ingéniosité pour débloquer le téléphone, et comparent du même coup leur exploit à celui de leurs homologues américains : « on voulait montrer au FBI, qui a réussi à débloquer un iPhone verrouillé, que les Français aussi sont à la pointe de la technologie », nous explique Jean-Pierre Espadon, porte-parole de la DGSE.

Tout commence en ce début de semaine, alors que Francis B., de la compta, se trompe de code en allumant son Nokia 3310. Il ne sait pas, alors, que son malheur ne fait que commencer : le téléphone verrouillé refuse de fonctionner. « C’est embêtant parce que d’habitude je me fais toujours une partie de Snake en arrivant au bureau, mais là je n’ai pas pu », résume-t-il. Il passe donc voir ses collègues du service informatique, espérant trouver une solution rapide à son problème. Les techniciens jettent un oeil attentif à l’appareil, mais rencontrent très vite des difficultés : « nous avons l’habitude de travailler avec des portables locaux, comme des Archos ou des Alcatel. Essayer de débloquer un téléphone étranger a été un véritable challenge », avoue l’un d’eux.

En quelques heures, c’est une bonne partie des forces vives de la DGSE qui est mobilisée autour du téléphone récalcitrant : « il fallait absolument qu’on le débloque, Francis commençait à avoir des sueurs froides, il fixait la machine à café d’un oeil vide pendant ses pauses ». Malgré ses demandes répétées, l’agence n’obtiendra pourtant aucune aide de la part de Nokia. L’entreprise refuse en effet de « compromettre la sécurité des utilisateurs » en indiquant comment pirater un de ses téléphones.

Au final, il faudra un peu plus de 27 heures à la DGSE pour venir à bout du système de sécurité de l’appareil. « Nous sommes très fiers d’avoir réussi à débloquer un téléphone en moins de deux jours, alors que cela a pris plusieurs semaines au FBI », explique le service de renseignement, qui propose désormais publiquement son aide à n’importe quelle agence cherchant à débloquer elle aussi un Nokia 3310. La performance des services de renseignement français n'a pas manqué de faire réagir la classe politique. Dans un même élan, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et son homologue de la Justice, Jean-Jacques Urvoas ont salué l'« expertise et l'abnegation » du contre-espionnage français qui a su, une nouvelle fois, « prendre la mesure des défis technologiques de notre temps. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • Stephane De
    Pas mal comme poisson d'avril . Il faut le faire pirater un vieux 3310 lol
    0
  • catseye
    En même temps tu as plus de chance d'avoir à débloquer ces téléphones dans des enquêtes de vraie criminalité, mafia et terrorisme que des iPhone. Mais bon sur un 3310 je suis même pas sur qu'il y ait un système de protection quelconque, c'est du jetable pour les criminels.
    0
  • walkzder
    cooooool , je les fait moi même il y-a quelque année , avec cette annonce je viens de découvrir que je suit meilleur de la DGSE !
    0