Drones : des "no-fly zones" dans les mises à jour

Un drone s'est écrasé dans le jardin de la Maison BlancheUn drone s'est écrasé dans le jardin de la Maison Blanche

Le constructeur DJI, qui produit notamment des drones volants à destination du grand public, va diffuser une mise à jour pour ses appareils afin de leur interdire de voler dans la ville de Washington D.C., aux États-Unis. Cette décision fait suite au crash d’un drone de la marque sur la pelouse de la Maison Blanche, qui avait mis en alerte les services de sécurité chargés de la protection du lieu.

Les drones nord-américains semblent décidément avoir du mal à se maintenir en l’air. Après que la police mexicaine a publié les photos du crash d’un drone chargé de drogue à la frontière des États-Unis, c’est sur la pelouse de Barack Obama qu’un de ces appareils miniatures est venu terminer sa course cette semaine. Pas de drogue retrouvée sur celui-ci, mais une petite frayeur pour le « Secret Service », chargé de la protection de la Maison Blanche et du président américain. 

Le drone appartenait en réalité à un employé du gouvernement et ne représentait aucune menace, mais le constructeur DJI n’a pas tardé à réagir : la nouvelle mise à jour de ses drones définit clairement des « no-fly zones », parmi lesquelles les alentours de la Maison Blanche et de nombreux lieux de la capitale américaine, mais aussi les abords des aéroports. De même, les drones de la marque ne seront plus capables de traverser les frontières du pays, encore une fois en écho au crash rapporté par la police mexicaine récemment. Pour cela, le système utilisera une puce GPS présente dans le drone pour déterminer sa position et les zones interdites autour de lui. Selon Michael Perry, porte-parole de DJI, cette mise à jour « était en travaux depuis un moment », et les récents événements ont simplement « accéléré sa sortie ».

Quel drone acheter ? Comment choisir ? Notre guide


Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire