L'Allemagne se débarrasse d'eDonkey

eMuleL’Europe et le P2P, c’est une histoire d’amour ambiguë. Nombreux sont les internautes européens friands du partage de fichiers, et nous notions déjà il y a peu que le P2P pouvait représenter jusqu’à 90% du trafic mondial sur Internet (voir notre actualité). La loi ne reste malgré tout pas sourde aux appels des majors, qui tentent de lutter contre ce qu’ils jugent responsable de leurs pertes. Ainsi, la justice allemande vient de voter une loi prévoyant de lourdes peines envers quiconque assurait la maintenance d’un serveur de téléchargement de fichiers, conduisant à la fermeture de nombreux serveurs basés en Allemagne, et perturbant du même coup le bon fonctionnement d’eDonkey dans le monde.

L’Allemagne lutte

Ce n’est pas la première fois que les serveurs du réseau eDonkey/eMule sont la cible de la justice. On se souviendra entre autres du serveur Razorback, l’un des plus gros serveurs de fichiers pour eMule et eDonkey, saisi en février 2006 par les autorités belges au nez et à la barbe de son million d’utilisateurs (voir notre actualité). Il s’agit cette fois-ci d’une loi, votée récemment en Allemagne, et prévoyant de lourdes peines à toute personne permettant ou facilitant le piratage de fichiers protégés par droits d’auteur. Les contrevenants risquent donc une amende s’élevant jusqu’à 20 000 euros par fichier piraté.

Plusieurs serveurs fermés

Un risque que beaucoup d’administrateurs de serveurs eDonkey n’auront donc pas voulu prendre. Certains des plus gros serveurs du réseau eMule/eDonkey sont depuis peu injoignables, leurs administrateurs ayant décidé de les débrancher pour échapper à la sanction prévue. Ainsi, des serveurs comme DonkeyServer, BigBang ou BytesDevil ne répondent plus depuis plusieurs jours. Les conséquences pour le réseau s’en ressentent, puisque celui-ci souffre désormais de l’absence de ces quelques serveurs, qui drainaient chaque jour plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs chacun.

Un coup fatal pour eMule ?

Pour autant, le réseau eDonkey ne cesse pas de fonctionner. Bien qu’affaibli par ces fermetures, le réseau reste accessible mais présente beaucoup de lenteurs et de difficultés. Cependant, bien que cette loi allemande ait manifestement eu l’effet escompté, eMule n’est pas mort pour autant. Le logiciel intègre en effet depuis plus de deux ans le protocole Kademlia, permettant un échange de fichiers décentralisé, c’est-à-dire sans avoir recours à un serveur reliant toutes les machines, chaque utilisateur devenant serveur pour un autre.

Le cas français

Il est donc encore un peu tôt pour annoncer la mort du réseau eDonkey et d’eMule. En ce qui concerne la France, c’est la loi DADVSI qui se charge de prévoir une peine pour les personnes permettant ou facilitant le téléchargement illégal. Les peines ne sont pas plus clémentes de notre côté du Rhin, puisque cette loi prévoit une peine de 3 ans de prison ainsi que 300 000 euros d’amende pour toute personne facilitant la diffusion illégale de contenus. Cette peine maximale n’a toutefois jamais été prononcée en France depuis la promulgation de la loi, le 1er août 2006.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • Kyle_master
    Vive Kad :]
    0
  • g-style
    ben les gens changez de protocole d'échange... Stop Edonkey, bonjour un nouveau système... (ou on ressort tous nos vieux serveur IRC...)
    0
  • Vedlen
    C'est un coup dur pour ceux qui n'utilisent que ce protocole uh
    0