Les Japonais numérisent leurs livres

Le marché des livres électroniques décolle aux Japon grâce aux utilisateurs qui numérisent eux-mêmes leurs livres devant la passivité des éditeurs.

Prendre les choses en main

C’est ce que révèle un sondage de Macromill qui affirme que 20 % des utilisateurs possédant un iPad ont déjà numérisé un livre et 30 % d’entre eux envisagent de le faire prochainement. Certains auteurs se plaignent de cette pratique, mais au Japon, comme en France, la copie à des fins purement privée est légale.

Il est vrai que le processus est long, répétitif et parfois décourageant. Néanmoins, des machines le facilitant existent. On en trouve dans des universités et bibliothèques. Elles sont néanmoins couteuses et parfois hors de portée du public, mais de plus en plus de produits grand public font leur apparition.

Le retard important des éditeurs

Pour le directeur de Tokyo Denki University Press cette nouvelle pratique témoigne de l’échec des éditeurs qui sont extrêmement lents à numériser leurs ouvrages. Or, avec l’essor de l’iPad et l’expansion anticipée de ce genre de produit, le manque de réactivité des éditeurs est en train de leur coûter beaucoup d'argent.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
22 commentaires
    Votre commentaire
  • brakbabord
    Je ne pensais pas qu'on pouvait lire des livres provenant de "sources non Apple" sur un iPad, ça ne leur ressemble pas.
    -1
  • shooby
    et bien au moins au japon ils prennent le problème d'une autre façon : lenteur dans le amrché -> ben on le fait nous même, au moins comme ça on est mieux servi que par soit même
    1
  • Kenelm
    Ouais enfin l'intérêt reste limité... faut acheter le bouquin en papier, le numériser, et ouf ! enfin ! je peux le lire sur mon ereader.

    Ça fait quand même beaucoup d'emmerdes pour s'épargner de trimbaler un bouquin en papier...
    0