Opérateurs mobiles : une enquête européenne pour entente illicite ?

Les cinq grands opérateurs historiques européens se seraient-ils entendus pour ne pas se concurrencer ? C’est le sujet sur lequel pourrait porter une enquête de la Commission européenne qui rassemble pour le moment les premiers éléments. Dans le cadre de cette enquête préliminaire, la Commission a déjà demandé plusieurs informations à la GSMA, l’association internationale représentant les opérateurs. Du côté de l’Europe, aucune confirmation n’a été faite de cette information révélée par le Financial Times.

Si les premiers éléments montrent des indices valables, la Commission pourrait donc ouvrir formellement une enquête pour entente monopolistique entre Deutsche Telekom, France Télécom, Telecom Italia, Telefonica et Vodafone.

Une série de réunions sème le doute

Au centre des doutes, une série de réunions baptisée E5 entre ces opérateurs. Depuis octobre 2010, ils ont en effet pris l’habitude de se rencontrer pour discuter des grandes évolutions en terme d’usages et de réseau. Certaines harmonisations en sont sorties comme celles concernant des choix de plateformes technologiques ou encore le paiement mobile.

Toutefois la Commission européenne, qui avaient été prévenue par les opérateurs de ces rencontres, semble émettre quelques doutes quant à leur bien fondé. A elle désormais d’établir s’il y a eu collusion ou non. En 2007, la justice française avait condamné Orange, SFR et Bouygues Telecom pour entente illicite entre 2000 et 2002. Les opérateurs avaient du régler une amende de 534 millions d’euros.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • thelordden
    Encore une fois les grands financiers internationaux sont - seulement - suspectés de s'être entendus pour nous enc... nous les peuplades souffrants de leur avidité. Enfin... Tout de même pourquoi les forfait tout illimité sur de bons smartphones sont-ils toujours aussi hors de prix, alors que la technologie est depuis longtemps amortie et ne coûte plus rien aux entreprises qui s'en servent commercialement.
    0