Il s’évade de prison grâce à de faux mails et du phishing

L’ingéniosité de certains prisonniers pour s’échapper de leurs cellules n’a visiblement pas de limite. L’histoire de Neil Moore, 28 ans, placé en détention provisoire pour avoir arnaqué 2,4 millions d’euros en se faisant passer pour un conseiller bancaire de plusieurs banques anglaises, peut prétendre au palmarès des plus belles évasions. Plutôt que de s’embêter avec des solutions aussi voyantes que contraignantes, qu’il s’agisse de scier ses barreaux, creuser un tunnel sous-terrain ou encore acheter des gardiens, l’anglais enfermé dans la prison de Wandsworth a mis en place un stratagème bien plus malin.

Grâce à un smartphone qu’il a pu se procurer en détention, son stratagème a été d’usurper l’identité d’un greffier, une technique appelée spear phishing. Neil Moore est alors parvenu à créer un nom de domaine et une boîte mail similaire à celle du tribunal en charge de son dossier, la Cour royale de Justice à Londres. Il n’a eu qu’à envoyer des mails depuis cette fausse adresse à son pénitencier, réclamant sa libération, pour recouvrer la liberté quelques jours après.

Ce n’est que trois jours plus tard que la prison s’est rendu compte de la machination, après que les avocats du prisonnier ont tenté à plusieurs reprises de le contacter. Finalement, Neil Moore a préféré se rendre de lui-même quelque jours après son évasion. Il attend désormais le verdict de son procès le 20 avril prochain. Mais ce coup d’éclat lui aura au moins valu la reconnaissance du procureur Ian Parlon, parlant de l'affaire comme d'un cas d'une « extraordinaire inventivité, fourberie et créativité » tandis que le juge David Hunt l'a qualifié de « génie criminel ».

Notre comparatif des meilleurs antivirus

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire