L'expérience AMS pourrait avoir découvert de la matière noire

L’expérience AMS, située à bord de la station spatiale internationale, consiste à étudier les rayons cosmiques. Dernièrement, cette expérience, dans laquelle le CNRS est impliqué pour la partie française, vient d’annoncer la mesure d’un excès d’antimatière, et pourrait avoir découvert de la matière noire.


Les rayons cosmiques mesurés par l’expérience AMS consistent en une multitude de protons ou d’électrons. Les positons, quant à eux, sont des particules d’antimatière très similaires aux électrons, mais de charge opposée : ils s'annihilent lorsqu’ils rencontrent des électrons. Les premiers résultats de l’expérience AMS montrent, avec « une précision sans précédent », un excès de positons dans le flux de rayons cosmiques. En outre, leur nombre semble augmenter de façon continue. Cet excès d’antimatière n’est pas une première découverte, puisque le satellite PAMELA avait déjà mesuré un phénomène similaire en 2008. Mais plus que la confirmation de cet excès d’antimatière, c’est son origine qui intrigue les scientifiques.


L’origine de cet excès reste inconnue, mais une des hypothèses avancées est qu’il pourrait s’agir d’une preuve de l’existence de particules de matière noire. L'annihilation d’une certaine quantité de matière noire pourrait en effet être à l’origine d’un tel excès d’antimatière, ce qui est corroboré par plusieurs théories. Le terme « matière noire » se réfère à une catégorie de matière jamais détectée directement, et dont aucune observation n’a pu être faite clairement à ce jour. Hypothétique, elle est notamment invoquée pour rendre compte de certaines observations, comme la masse des galaxies. Les scientifiques n’en ont ainsi observé que les effets, sans pouvoir l’observer elles-mêmes, et sa nature même reste inconnue. Ainsi, si les hypothèses induites par cette découverte devaient se confirmer, elles pourraient mener à une importante découverte pour la physique moderne.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire