Videogame Story : faut-il vraiment aller à la plus grande expo du jeu vidéo ?

Le pitch : c'est du 30 juin au 7 septembre que se déroule la plus grande exposition française consacrée à l'histoire des jeux vidéo : la Videogame Story. La plus grande, car l’exposition en question occupe quand même 4500 m² et nécessite un hall complet du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. La plus grande également, car on y trouve près de 400 consoles, bornes d’arcade et ordinateurs, toutes générations confondues. Rien que ça. La rédaction a pu se rendre à la soirée de lancement qui s’est déroulée vendredi dernier : en voici donc un petit compte-rendu.

5 raisons d'aller voir (ou pas) l'exposition Videogame Story

C'est dans un climat finalement assez tendu que démarre cette exposition. Scandale ! Les organisateurs ont en effet décidé de se passer des désormais traditionnelles associations vouées au retrogaming (MO5.com en tête). Par conséquent, les critiques ont fleuri de la part des internautes avant même que le salon n'ouvre ses portes. Aux commandes de cette manifestation, on retrouve l'agence VPCOM, qui avait déjà oeuvré à l'exposition du grand palais de 2013. Expo plus petite, mais qui avait attiré une foule conséquente et qui avait également essuyé de grosses critiques quant à son temps d'attente et son intérêt. Alors, les erreurs ont-elles été corrigées et cette édition vaut-elle vraiment la peine de s'y rendre ? Réponses ci-dessous...

1 – Oui parce qu'il y a des centaines de consoles en libre accès

L’exposition s’ouvre sur un exemplaire de la Magnavox Odyssey, la première console de jeu commercialisée. C’est l’unique machine à être entourée d’un cordon de sécurité et l’une des rares à laquelle on ne peut pas jouer. Car la bonne nouvelle de cette exposition, c’est que presque toutes les consoles et les ordinateurs sont en accès libre et pleinement jouables. Et il n'y a pas vraiment de restriction sur le temps passé sur une console : si vous souhaitez jouer pendant une heure à Street Fighter 2 sur Super Nintendo, libre à vous. Ça, c'est plutôt bien vu.

2 – Oui parce que toutes les époques y sont vraiment représentées

On retrouve dans cette exposition toutes les époques et toutes les générations de machines : de la sacro-sainte Atari 2600 aux récentes Xbox One et PS4, en passant par la NES, la SNES, la Gamecube, la Master System, la Megadrive, la Saturn, la Dreamcast, la Neo Geo et autres. Et encore une fois, bien que protégée dans un petit caisson sous vitrine, toutes les consoles sont en libre accès. Au détour d’une allée, on découvre même un C64, un 800 XL, un Amiga et un Atari ST. Si les bornes d’arcade sont également au rendez-vous, ce sont surtout celles du fabricant Neo-Legend qui sont jouables. Au final, l'exposition est intergénérationnelle, familiale (beaucoup de jeux sont praticables à deux) et une mini-LAN de Doom est même organisée sur place.

3 – Non si l'on souhaite en apprendre un peu plus sur les consoles du passé

Le principal reproche que l’on peut faire à cette exposition concerne son manque flagrant d’informations à l'égard des visiteurs. Ils sont « lâchés » dans une immense salle d’arcade, sans réellement savoir ce qui se trouve devant eux. On aurait aimé que les organisateurs de l'expo se fendent de guides qualifiés en jeux vidéo, ou à défaut, de petites fiches didactiques situées à proximité des machines.

4 – Oui parce que l'expo n'est pas chère et qu'on peut y rester longtemps

Le prix des billets s’étalonne de 10,50 à 14,50 € (ce qui n'est finalement pas très cher quand on la compare aux autres expo du moment, comme L'Art des Super-Héros Marvel ou Star Wars Identities). Le salon est accessible sous la forme de sessions, 3 fois par jour. Entre 1000 et 1200 personnes peuvent accéder à une session. Et chaque session dure 3 heures, ce qui laisse le temps de profiter de l'ensemble du salon sans être minuté.

5 - Oui parce qu'il n'y a pas que du retrogaming

En termes d'occupation, les stands liés aux anciennes consoles et autres bornes d'arcade sont les plus étendus. Mais le salon laisse également de la place aux machines de dernière génération : Microsoft et Sony y ont installé d'imposants espaces dédiés à la Xbox One et la PS4, et chaque visiteur peut jouer librement aux derniers hits en cours. Orange présente également ses solutions de streaming sur TV ou sur PC (et prochainement sur tablette), et même l'Occulus Rift fait son apparition en fin de parcours. Bref, même lorsque l'on n'éprouve que peu d'intérêt pour les anciennes machines, on y trouve son compte avec les nouvelles, qui ne sont pas laissées pour compte, loin de là.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire