Piégées, deux fillettes s’en remettent à Facebook plutôt qu’à la police

La drôle d’histoire que viennent de vivre ces deux fillettes en dit long sur le changement de mœurs introduit par l’usage massif d’Internet. Les faits ont lieu dans la banlieue d’Adelaïde, en Australie. Deux préadolescentes de 10 et 12 se retrouvent coincées dans un égout pluvial (sorte de déversoir pour les eaux de pluie). Heureusement, les deux victimes ont leurs téléphones mobiles sur elles et peuvent appeler à l’aide.

Au secours... Facebook

C’est à ce moment précis que l’anecdote devient symptomatique des nouveaux usages. Car au lieu de composer le numéro de la police, un simple 000 au pays des kangourous, les deux gamines préfèrent remettre leur sort au dieu du réseau social :Facebook. Elles modifient leur statut en un message d’urgence sans équivoque. Par chance, un de leurs contacts est connecté au même moment et a, lui, un reflexe plus classique mais aussi plus efficace, en appelant les secours.

Ceux-ci ont pu intervenir et sauver les fillettes mais en Australie l’histoire fait du bruit. « Si elles ont pu écrire un message sur Facebook, elles pouvaient aussi appeler le numéro d’urgence », résume un pompier dans une phrase qui traduit l’incompréhension des autorités locales.

Les histoires les plus incroyables de Facebook

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
22 commentaires
    Votre commentaire
    Meilleurs commentaires
  • Anonyme
    Elles pouvaient aussi appeler leurs parents, amis, la famille. Ça m'étonnerait que leur répertoire téléphonique soit vide.

    Ça fait peur de voir ça...
    12
  • maitrekanter59
    BlumenkaAh bon ? Ils les auraient cru ?Lorsqu'il s'agit d'un gosse qui appelle la police, peu de gens leur ferait confiance ^^

    N'importe quoi...
    11
  • Tous les commentaires
  • Blumenka
    Citation:
    « Si elles ont pu écrire un message sur Facebook, elles pouvaient aussi appeler le numéro d’urgence », résume un pompier dans une phrase qui traduit l’incompréhension des autorités locales.

    Ah bon ? Ils les auraient cru ?

    Lorsqu'il s'agit d'un gosse qui appelle la police, peu de gens leur ferait confiance ^^
    -10
  • Anonyme
    Elles pouvaient aussi appeler leurs parents, amis, la famille. Ça m'étonnerait que leur répertoire téléphonique soit vide.

    Ça fait peur de voir ça...
    12
  • maitrekanter59
    BlumenkaAh bon ? Ils les auraient cru ?Lorsqu'il s'agit d'un gosse qui appelle la police, peu de gens leur ferait confiance ^^

    N'importe quoi...
    11