Facebook vecteur de boulimie et d’anorexie ?

Une étude israélienne montre que les jeunes filles utilisatrices de Facebook sont plus sujettes à développer des problèmes de comportement alimentaire comme l’anorexie ou la boulimie.

Menée par les professeurs Yael Latzer, Ruth Katz et Zohar Spivak de l’université de Haifa, l’enquête a été effectuée sur un groupe de 248 jeunes filles âgées de 12 à 19 ans (moyenne d’âge de 14,8 ans). Ces filles devaient fournir des informations sur leurs habitudes d’utilisation de la télévision et d’Internet, mais aussi sur leur comportement alimentaire, leur ressenti sur leur regard sur la nourriture et leur degré d’autonomie. 

L'encadrement des parents est indipensable

Les résultats ont montré que plus les filles passaient de temps sur Facebook, plus elles souffraient de boulimie, d’anorexie, d’insatisfaction physique, d’une image négative de leur physique, de l’approche de l’alimentation ou d’une envie urgente de maigrir. L’étude révèle aussi que plus les parents encadrent les pratiques Internet de leurs filles, moins elles sont sujettes à ces types de comportement.

Si le contrôle parental n’est pas impliqué dans l’exposition aux médias ou pas averti des contenus que leurs filles consomment, menant ainsi vers leur autonomisation quant à ces pratiques, elles auront plus de problèmes alimentaires ou une image négative de leur corps. Les chercheurs trouvent ces résultats encourageants. Selon eux « cette étude a montré qu’un parent a potentiellement le pouvoir de prévenir des désordres comportementaux dangereux ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • aze555666
    A-t-on pensé que ce n'est pas forcément un lien cause-> effet (facebook --> maladie), mais que ça pourrait très bien être un lien effet1+effet2 de même cause (profil psychologique de "ce genre de fille" --> maladie /// profil psychologique de "ce genre de fille" --> beaucoup de temps sur facebook).
    Ce qui ne m'étonnerait pas du tout. (reste à définir "ce genre de fille" ...facile à imaginer mais difficile à mettre en phrases claires)
    1
  • SimR69
    aze555666A-t-on pensé que ce n'est pas forcément un lien cause-> effet (facebook --> maladie), mais que ça pourrait très bien être un lien effet1+effet2 de même cause (profil psychologique de "ce genre de fille" --> maladie /// profil psychologique de "ce genre de fille" --> beaucoup de temps sur facebook).Ce qui ne m'étonnerait pas du tout.

    Exactement. Mais Tom's Guide ne fait jamais dans ce genre de nuances, malheureusement…
    La priorité est de privilégier l'info à sensation, ici.
    0
  • ibith
    Personnellement, je ne dirais pas que c'est facebook le responsable plus les Médias dans leur globalité.
    0