Pourquoi Facebook a activé le contrôle d’absence de danger à Paris et pas à Beyrouth

Les tragiques évènements du vendredi 13 novembre ont été l’occasion pour Facebook d’activer une fonctionnalité particulière du réseau social : le contrôle d’absence de danger. Le principe est simple : les habitants d’une zone de danger peuvent alerter qu’ils sont en sécurité en cliquant sur un bouton depuis l’application ou le site Internet. Au total, plus de 4 millions de personnes ont utilisé cet outil pour signaler à leurs proches qu’ils étaient en bonne santé pendant et après les attaques de Paris.

Seulement, de nombreuses voix se sont élevées contre la firme américaine, notamment au motif que la veille, le Liban vivait son pire attentat depuis 1990 dans sa capitale, Beyrouth. Malgré 44 morts et plus de 200 blessés, aucun dispositif de ce genre n’a effectivement été enclenché. En réalité, les attentats de Paris sont le premier cas de figure où Facebook a activé le contrôle d’absence de danger en dehors d’une catastrophe naturelle.

En effet, s'il fut imaginé en 2011 suite au tsunami qui a touché le Japon, il ne fut inauguré qu'en octobre 2014, avant d'être employé à plusieurs reprises telles que pendant les récents tremblements de terre au Chili. Le réseau social n’hésite ainsi pas à expliquer dans un communiqué signé de la main d'Alex Schultz, le Vice Président du développement, qu’il « faut bien une première fois ».

Le CEO de la société, Mark Zuckerberg, s’est également exprimé sur ce sujet dans la foulée sur son profil, indiquant que l’outil serait utilisé plus régulièrement. Dans un commentaire, il explique notamment « Nous nous soucions des gens de manière égale, et nous allons travailler dur afin d’aider ceux qui souffre dans le plus grand nombre de situation possible. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire