Facebook : les emojis menaçants peuvent mener en prison

Les messages que l’on poste sur les réseaux sociaux ne sont plus sans conséquence. Nombreux sont ceux à avoir déjà fait les frais d’une phrase de trop, et le jeune Osiris Aristy, un adolescent de 17 ans originaire de Brooklyn, ne fait pas exception. Il a été arrêté ce weekend pour avoir écrit un message à l’aide d’emoji sur sa page Facebook, qui a amené la Police de New York à l'arrêter.

L’objet du crime : une publication où des petits emoji en forme d’armes ciblent d’autres emoji représentants des têtes de policiers. L’inspecteur Maximo Tolentino explique ainsi que lorsque « Vous faites des menaces sur internet, nous les regardons », justifiant ainsi l’arrestation du jeune homme. Ce dernier n’en est toutefois pas à sa première arrestation, puisqu’elles sont déjà au nombre de douze, notamment pour possession d’armes, vol ou encore diverses agressions.

L’avocat du jeune homme insiste toutefois sur le fait que son client n’a fait de mal à personne : « Je comprends que des personnes aient trouvé que ce qu’il a dit était désagréable et inconfortable, mais il n’a jamais menacé d’entreprendre une action contre la police ». Toujours est-il que l’on est maintenant prévenu : les emoji sont pris au sérieux par la police au même titre que des mots, mieux vaut donc faire attention à leur utilisation sur les réseaux sociaux.

Lire : Facebook : 10 ans d'histoire en 18 dates

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires