En prison pour un poke sur Facebook

Aux États-Unis, un simple « poke » peut avoir des conséquences dramatiques. C’est l’expérience qu’a faite une jeune femme originaire du Tennessee, qui a utilisé ce moyen d’attirer l’attention d’un contact sur Facebook alors qu’elle avait reçu de la justice l’interdiction d’entrer en contact avec elle. Bilan : elle risque 11 mois de prison et 2500 dollars d’amende...

Un poke risqué

Aux États-Unis, l’interdiction d’entrer en contact avec une personne tient également compte des pokes sur Facebook. Ces petits messages sont envoyés à ses contacts afin d’attirer leur attention, sans vraiment avoir quelque chose à leur dire. C'est justement ce qu'a fait Shannon D. Jackson, une américaine de 36 ans, sans tenir compte de l'injonction de la justice lui interdisant de se rapprocher de cette personne. La jeune femme a été placée en détention préventive, en attendant son jugement le 28 octobre prochain.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
7 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Honteux,est toujours facebook dans le coup
    -1
  • a2bfango
    Je suppose qu'il manque un point d'interrogation dans le titre?

    Il n'y a pas une justice juste pour Facebook. quand il y a une interdiction d'entrer en contact avec quelqu'un, c'est soit on passe outre l'interdiction et on a les sanctions prévues soit on la respecte et on ne risque rien.
    5
  • windob
    La personne aurait risqué les mêmes poursuites si elle avait appelé le plaignant au téléphone, pourquoi y aurait-il un régime de faveur sur facebook ?
    3