Comment le FBI a fermé le site Silk Road 2.0

Le FBI vient d’annoncer la fermeture du plus gros réseau de commerce de drogue sur Internet, nommé The Silk Road 2.0, et le renvoi de son administrateur devant la justice. La police fédérale avait infiltré ce réseau caché depuis près d’un an.

The Silk Road est un site site Web accessible uniquement via le réseau Tor, qui a la réputation de rendre anonymes ses utilisateurs en acheminant les connexions à travers des relais aléatoires dans le monde. En plus de cette précaution, pour assurer l’anonymat de ses utilisateurs, le site effectuait toutes ses transactions en Bitcoin, la monnaie virtuelle dont les données sont cryptées. Une première version du site avait déjà été fermée l’année dernière, avant de renaître sur le même réseau, sous le nom sobre de Silk Road 2.0. Mais le FBI avait déjà tout prévu : un de ses agents s’était déjà fait une réputation auprès des administrateurs de la première version, et avait donc suffisamment gagné leur confiance pour faire partie de l’équipe de maintenance de la deuxième version du site.

C’est ainsi qu’il a pu accéder à certaines partie secrètes du site, et traiter directement avec l’administrateur Blake Benthall. Ce dernier aurait touché un bénéfice d’environ 400 000 dollars par mois, qu’il utilisait notamment pour assurer la maintenance du site et payer ses « salariés ». L’agent infiltré indique donc qu’entre novembre 2013 et novembre 2014, il a reçu six paiements pour un total de 32 000 dollars. Seulement, Blake Benthall a commis une erreur qui a permis de remonter jusqu’à lui : s’il utilise généralement un mail crypté pour s’entretenir avec les techniciens travaillant sur le site, il lui arrivait parfois d’utiliser Gmail pour certaines conversations sans importance. Cela a permis au FBI, via un mandat signé par le juge, d’obtenir son adresse IP auprès de Google et ainsi de localiser Benthall dans un hôtel du lac Tahoe, en Californie.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire