Nintendo n'a pas porté plainte contre Flappy Bird

La disparition du jeu Flappy Bird, alors même que celui-ci connaissait un important succès, n’a pas manqué de surprendre tout le monde. Après environ une semaine de diffusion, et alors que le jeu rapportait près de 50 000 dollars par jour à son créateur, Dong Nguyen a décidé de retirer le jeu sans s’épancher sur les raisons. Beaucoup ont alors pensé que des plaintes pour plagiat avaient porté sur son jeu, notamment de la part de Nintendo, dont les tuyaux verts de l’univers de Mario pouvaient être vus partout dans Flappy Bird. Dans un email envoyé cette semaine au Wall Street Journal, Yasuhiro Minagawa, porte-parole de Nintendo, dément.

« Bien que nous ne commentions pas les rumeurs et spéculations, nous avions déjà démenti cette information la semaine dernière », précise l’entreprise japonaise, qui affirme donc n’avoir aucun rapport avec la disparition soudaine du jeu. De son côté, Dong Nguyen avait expliqué qu’il « ne peut plus supporter tout cela », faisant sûrement référence aux polémiques qui ont entouré son jeu. « Je considère que “Flappy Bird” est un succès, mais il ruine également ma vie. Donc désormais, je hais ce jeu », a-t-il écrit sur Twitter. Il avait toutefois précisé que le retrait de son jeu n’avait pas été décidé pour des raisons légales.

Ce n’est pas la seule accusation de plagiat qui a pesé sur le jeu ces derniers jours. En France, l’auteur de BD Kek avait noté quelques similarités entre Flappy Bird et un jeu qu’il avait lui-même créé il y a quelques années : même oiseau jaune à lèvres rouges, même décor bleu, et mêmes obstacles verts. Ce dernier avait également décidé de ne pas porter plainte contre l’auteur du jeu, expliquant que « la notion de propriété intellectuelle est très vague, voire inexistante ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire