L’état promet des routes et voitures connectés pour 2016

Les constructeurs automobiles ont beau avoir emboité le pas vers les voitures connectées, ils nécessitent l’appui d’un acteur de poids : les États. Ce sont en effet ces derniers qui peuvent appuyer ou non le virage technologique, en modifiant les infrastructures routières et en les adaptant aux besoins de ces véhicules de demain. C’est par exemple le cas aux États-Unis, mais visiblement, le gouvernement semble déterminé à rattraper nos voisins d’outre-Atlantique puisque la technologie arrive également très bientôt en France.

Le ministre des Transports Fréderic Cuvillier a effectivement annoncé que la France va « connecter » 2 000 kilomètres de routes d’ici 2016 sur lesquelles 3 000 véhicules connectés vont rouler à des fins d’expérimentation dès l’année prochaine. PSA (Peugeot / Citroen) et Renault fourniront, rien qu’à eux, 2 000 voitures pour ces tests, qui se dérouleront de l’Ile de France à Bordeaux en passant par Strasbourg ou encore l’Isère.

Le premier pas vers les voitures autonomes

Ces routes vont être jouxtées de bornes Wi-Fi qui seront à même de communiquer avec des émetteurs placés dans les voitures. Elles pourront alors envoyer leurs positions ou leurs vitesses en temps réel, les bornes seront quant à elle en mesure d’indiquer les limites de vitesse ou signaler la présence d’un accident sur le parcours. Les informations seront affichées depuis une interface tactile dans l’habitacle des autos. En cas de tests concluants, la généralisation est envisagée dès 2017.

Les routes connectées ne sont qu’un premier pas vers les véhicules autonomes. En pouvant interagir avec leurs environnements, ces automobiles seront à même d’évoluer par elles-mêmes sur les routes. Le ministre n’hésite d’ailleurs pas à assurer que l’on « y viendra et cela nécessitera une nouvelle réglementation ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • HumainAfterAll
    Mais quel est l'intérêt de posséder une voiture que l'on ne conduira pas?Autant les interdire et faire uniquement des transports en commun...Quelle tristesse... Et à la moindre défaillance électronique je n'aimerais pas me retrouver en face...
    1
  • Nulys
    Anonymous a dit :
    Mais quel est l'intérêt de posséder une voiture que l'on ne conduira pas?Autant les interdire et faire uniquement des transports en commun...Quelle tristesse... Et à la moindre défaillance électronique je n'aimerais pas me retrouver en face...


    L'article ne parle pas ça.
    0