Les abonnés Free vont échapper à l'Hadopi : merci la pénurie d'adresses IP

La pénurie d’adresses IPV4, qui permet d’identifier une connexion sur Internet, commence à se faire sentir, notamment chez Free qui a commencé à prendre des mesures pour lutter contre ce manque. Ainsi, l’opérateur a commencé à regrouper plusieurs abonnés sur une même adresse IP publique, en leur attribuant ainsi différents ports. Si cette décision permet aux abonnés de continuer à se connecter à Internet, elle pose en revanche un problème pour Hadopi, qui ne peut peut alors plus identifier une seule ligne à partir d’une adresse IP.

Cela fait déjà quelques mois que certains abonnés de Free auraient constaté cette technique de la part de Free. L’opérateur, manquant d’adresses IP à attribuer à ses abonnés, aurait décidé d’en regrouper plusieurs sous une même adresse. Pour l’utilisateur, cette démarche est presque transparente, à ceci près que cela peut engendrer quelques problèmes de connectivité avec certains services. En effet, beaucoup de jeux en ligne ou services de téléchargement, par exemple, utilisent des ports spécifiques qui pourraient ne pas être accessibles simplement par les utilisateurs soumis à ce régime, Free différenciant les utilisateurs en leur attribuant un port spécifique.

Un problème à plus grande échelle se pose également pour Hadopi, qui applique sa surveillance des téléchargements par un contrôle des adresses IP. Or, il est impossible à la haute autorité de savoir si un ou plusieurs foyers se cachent derrière une seule adresse IP, et elle n’a aucun moyen de connaître le port attribué par Free pour les différencier. Le problème est connu de la haute autorité, mais constitue une impasse : elle ne dispose en effet d’aucun recours légal lui permettant d’obtenir cette information, comme elle le constate dans son dernier rapport.

Du côté des utilisateurs, une solution pour échapper à la saturation serait notamment de passer à l’IPV6. Cette norme, en plus de garantir un plus grand nombre d’adresses IP disponibles, commence à devenir de plus en plus répandue chez les opérateurs français. Free et Orange, par exemple, proposent déjà à certains de leurs abonnés d’en faire usage, tandis que Bouygues Télécom compte la mettre en place en 2017.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Hmmmm et si je partage mon IP avec quelqu'un qui se fait bannir d'un ou plusieurs sites importants.... ? C'est chaud.
    0