Galileo : concurrencer le GPS avec un satellite de plus

Galileo, le concurrent européen du GPS, va être enfin un minimum fonctionnel. Le satellite Giove-B devrait être lancé dès la fin de ce mois, le 27 avril 2007. C’est le second satellite qui sera utilisé par Galileo, le premier (Giove-A) étant un modèle de test. Giove-B intègre une horloge, qui va permettre de tester les fonctions de localisation de la norme européenne.

Le fonctionnement de Galileo

Galileo fonctionne comme le GPS : à partir d’horloges. Chaque satellite dispose d’une horloge interne très précise et diffuse son heure dans l’espace, et elle est reçue par le récepteur. En mesurant le décalage entre l’envoi et la réception, on peut calculer la distance entre le satellite et le récepteur. En plaçant trois satellites, on peut donc positionner précisément le récepteur dans l’espace (sur un plan en 2 dimensions). Avec un quatrième satellite, on peut définir l’altitude du récepteur. Ensuite, augmenter le nombre de satellites captés permet d’améliorer la précision.

En pratique, Galileo ne sera donc pas fonctionnel avec un seul satellite, et la technologie (qui utilisera les mêmes fréquences que le GPS) ne sera pas accessible commercialement avant 2013, mais le lancement de Giove-B est un grand pas en avant.