Des chercheurs chinois veulent fabriquer des génies

Créer des génies, cela ressemble à de la science-fiction. Et pourtant, « Bienvenu à Gattaca » n’a jamais été aussi réel qu’aujourd’hui. Une société chinoise travaille actuellement sur une technologie qui pourrait, à terme, permettre aux parents de sélectionner les embryons les plus intelligents.

L’institut de biotechnologie BGI (Beijing Genomics Institute, le plus grand au monde) basé à Shenzhen enquête depuis plusieurs années sur des gènes qui seraient liés à l’intelligence avec pour objectif est de parvenir à séquencer l’ADN des génies. Zhao Bowen, le directeur de la division de génomique cognitive, lui même un surdoué âgé de seulement 21 ans, explique que « les études (…) laissent penser qu’au moins 50 % de la variation du QI est due à la génétique ». Reste maintenant à déterminer lesquels.

Choisir l’embryon le plus intelligent

Pour arriver à ses fins, l’équipe a collecté l’ADN de 2 500 génies dont le QI est supérieur à 160 pour ensuite le comparer à un échantillon plus représentatif de la population, dont le QI moyen s’établit à 100. Ainsi, la division serait en mesure de reconnaitre et de cartographier les gènes des « génies ». Le but à long terme ? D’après Wang Jian, patron du BGI, ces recherches pourraient déboucher sur des tests génétiques qui permettraient à des couples, ayant recours à la fécondation in vitro, de sélectionner les embryons avec le plus de potentiel d’un point de vue génétique.

Si tout cela laisse dubitatif au moins d’un point de vue éthique, le jeune Zhao Bowen estime qu’« aujourd’hui, nous avons un outil formidable qui peut faire faire un bond à nos connaissances » et s’étonne des réactions des scientifiques et médias étrangers, plus nuancés.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire