Brésil : Google accepte de donner les informations de ses utilisateurs

Si une affaire similaire avait fait du bruit en Chine il y a un an avec un concurrent, le contexte est ici différent. Le numéro 1 des moteurs de recherche serait sur le point de se plier aux exigences des autorités brésiliennes et de fournir les informations concernant des individus encourageant le racisme, la pédophilie ou l’homophobie.

Orkut sous surveillance

Le service communautaire de Google, nommé Orkut, est en partie responsable d’une telle décision. Le moteur de recherche a accepté de fournir des données concernant les utilisateurs enfreignant quelques règles fondamentale. Ainsi, Google devra fournir aux autorités les données concernant les auteurs de propos racistes, homophobes ou pédophiles. Les données en question sont cependant très ciblées : « Ce qu’ils demandent, ce ne sont pas des milliards de pages. (...) Dans la plupart des cas, c’est relativement discret, infime et limité. », affirme Nicole Wong, avocate générale de Google.

Google s’adapte très vite

Google continue donc dans sa politique de coopération avec le gouvernement pour lequel il exerce son activité, notamment après le petit scandale de la Chine. Cette fois-ci, c’est donc le Brésil qui dictera sa conduite au moteur, mais sans faire autant de remous, les raisons des exigences étant mieux perçues par l’opinion publique.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Dafen@IDN
    Si ca continue comme ca, on aura vraiment un Big Brother qui nous ecoute...
    c'est pour quand Google police?

    d'un cote la collaboration parait comprehensible mais les exces sont tellements vites arrives, et les abus si faciles....
    0
  • Anonyme
    En France, il me semble que c'est déjà possible si les autorités le demandent ... en ce qui concerne la lutte contre le racisme, la pédophilie ou l?homophobie, j'en regretterai presque que Orkut ne soit déployé dans notre pays. Les dérives peuvent bien sûr exister et c'est la limite de ce partage d'infos mais au vue du problème, cela me semble normal car interdit par la loi.
    0