Project Abacus : Google veut en finir avec les mots de passe d'ici 2017

Plutôt que de demander aux utilisateurs de complexifier leurs mots de passe pour les rendre totalement inviolables, Google voudrait faire disparaître leur précieux sésame. L'idée qu'a eue le géant de Mountain View est de faire appel aux habitudes des utilisateurs pour accéder à une application ou déverrouiller un appareil.

Quoi de plus agaçant que de devoir systématiquement entrer un mot de passe d'une dizaine de caractères pour effectuer un paiement, déverrouiller un appareil ou se connecter à un compte sur le Cloud ? Certes, la procédure s'est simplifiée dans certains cas, notamment sur les smartphones, avec le système de schéma que l'on dessine sur l'écran, ou encore Windows Hello sur quelques smartphones et tablettes. Mais grâce au Project Abacus, Google voudrait aller encore plus loin et faciliter à fond la vie de ses utilisateurs. Pour cela, Google souhaite utiliser les habitudes de chacun pour déverrouiller l'appareil.

>> A lire aussi >> Facebook, Google, LinkedIn... Optez pour la double validation

Cette nouvelle méthode permet d'analyser la position géographique de l'utilisateur,le ton et le flux de sa voix, sa manière de taper, la forme de son visage, etc. Une fois tous ces critères réunis, un indice de confiance est établi, lequel permet de déverrouiller une application ou un appareil. Les développeurs auront tout loisir d'autoriser l'accès à l'application en fonction de cet indice de confiance. Plus les données de l'application sont sensibles, plus l'indice de confiance devra être élevé. Enfin, si l'indice est trop bas, il sera toujours possible d'entrer un mot de passe pour accéder à l'application ou à l'appareil.

Si cette nouvelle façon se de connecter n'est pas sans rappeler Smart Lock (un autre projet de Google et qui utilise entre autres un appareil Bluethooth pour déverrouiller un autre appareil), elle va encore plus loin en proposant une reconnaissance orale de l'utilisateur ou en analysant sa façon de taper. Google précise que son Project Abacus est déjà en test dans certaines universités américaines et qu'une première API devrait être disponible pour les développeurs d'ici la fin de l'année.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire