Russie/Géorgie : la guerre du Net

Le Président géorgien Mikhail SaakashviliLa guerre qui oppose depuis quelques jours la Russie et la Géorgie se poursuit sur le Net. Ainsi, le fournisseur d’accès américain Tulip Systems note des cyber-attaques depuis la Russie vers la Géorgie. Pour Tom Burling, directeur général de Tulip Systems, « ils (les Russes) attaquent la Géorgie sous forme de cyber-attaques depuis juillet. Ils continuent à le faire actuellement. »

Ces attaques se traduisent par des attaques très ciblées contre les autorités et les institutions géorgiennes.

Des dénis de service

Le principe de déni de service (DoS en anglais) est d’envoyer un nombre de requêtes inhabituel ce qui a pour conséquence immédiate de bloquer l’accès à un site. En l’occurrence il a été enregistré un trafic 5000 fois plus important que la normale ! Exemple flagrant, le site des Affaires Etrangères géorgien a été bloqué par une attaque de millions de requête simultanées destinées à saturer le serveur visé. Idem pour les réseaux TV.

Mais ce n’est pas tout. La Shadowserver Foundation, une organisation qui traque les attaques sur Internet, a constaté de son côté que des ordres d’attaque vers des sites tels que celui du Parlement de Géorgie avaient été donnés par des ordinateurs zombies en réseauLAN est l’acronyme du terme anglais Local Area Network, que l’on peut traduire en fraçais par Réseau Local. Sa définition consiste en un ensemble d’or..., détournés par des pirates.

Il est évident que ce type d’action va de plus en plus souvent faire partie de l’arsenal militaire en temps de guerre. Tous ces incidents ont fait l’objet d’un rapport au FBI.

L’an passé déjà, l’Estonie avait accusé la Russie d’attaques envers des sites gouvernementaux, des banques et diverses institutions locales.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Tous ces incidents ont fait l?objet d?un rapport au FBI

    J'aimerais bien savoir, d'après la source AFP, ou il est fait mention de cela. On fabrique de l'info pour l'audience ? On transmet sans se poser de question ? sans se relire (pour changer). Enfin, on reconnait les journalistes des newseurs sans difficulté. Aucun crédit pour IDN.
    -2
  • davidbenard
    Très cher nospam, toi qui vient spécialement de créer ton compte pour nous apprendre notre métier, laisse moi juste t'indiquer que l'écriture d'une telle actualité ne consiste pas en un simple copier/coller d'une source mais en un recoupage d'infos et en une synthèse de celles-ci. Aussi, nous ne pouvons préciser l'ensemble des sources dans le champ du même nom mais uniquement la principale. En l'occurrence donc, le fait que ces infos aient été remontées au FBI n'est pas précisé dans le communiqué de l'AFP mais confirmé par ailleurs.

    (note : tu n'es pas sur IDN mais sur Tom's Guide, faudra se faire une raison)
    0
  • vmazelly
    Nospam, je m’étonne de voir autant de mépris envers le terme de « newser ». Sache juste qu’écrire une news de qualité nécessite un grand travail de compilation, de réflexion et/ou d’enquête. C’est un exercice compliqué. Nous n’y parvenons pas toujours mais essayons toujours d’apporter de l’info aux personnes qui vont découvrir ces lignes au lieu de faire un bête copier/coller d’un autre site ou d’un communiqué de presse.

    Quant à faire de l'audience, je te rassure ce n'est pas une actualité avec le mot "FBI" qui va faire gonfler les chiffres...
    0