Le gouvernement canadien attaqué depuis la Chine

Des hackeurs ont utilisé des serveurs chinois pour attaquer les sites Internet du gouvernement canadien et obtenir les mots de passe de plusieurs individus et serveurs.

Un gouvernement qui a voulu cacher sa défaite numérique

Les attaques se sont concentrées sur les machines du ministère des Finances et le Conseil du Trésor qui sont les artères économiques du gouvernement. Elles ont aussi touché le centre canadien de la recherche et développement pour la défense. Les intrusions ont eu lieu en janvier dernier et ont été exposées par la presse canadienne qui parle de serveurs chinois. On ne sait pas néanmoins si les pirates étaient de même nationalité.

Le gouvernement reste extrêmement muet sur la situation. Il a finalement reconnu les faits, mais ne parle que de tentatives, Or, des sources proches du dossier affirment que les administrateurs ont été obligés de débrancher les machines et serveurs d’Internet lorsqu’ils se sont aperçus du piratage. Certains systèmes ont attendu presque deux mois avant d’être reconnectés.

Attaque par le haut

Les attaqueurs ont d’abord pris le contrôle des machines de hauts dirigeants canadiens, puis ont envoyé des emails exigeants les mots de passe de certains des employés ou en joignant des pièces infectées par des chevaux de Troie infiltrant le réseau. Le ministre chinois des Affaires étrangères a nié toute responsabilité de son gouvernement.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • ibith
    ''Le ministre chinois des Affaires étrangères a nié toute responsabilité de son gouvernement.''

    En même temps, ils ne vont pas dire que ce sont eux x)
    0
  • dpsa
    Juste un détail : on dit "attaquants" et non "attaqueurs".
    A moins que ce mot ne soit dans les dictionnaires canadiens francophones.
    :)
    1
  • Anonyme
    Non , "attaqueurs" ne fais pas partie de notre dictionnaire. Il faut dire que ici nous somme très stricte au niveau de la langue à l'écrit. Au moindre anglicisme ou petit mots de travers, on se fais taper sur les doigts.
    0