Une puce NFC implantable peut pirater les terminaux Android

Les biohackers continuent de faire parler d’eux. Si certains s’injectent des collyres pour voir la nuit, d’autres s’implantent des puces NFC dans une main. Tel est le cas de Seth Wahle avec son dernier projet en date.

L’ancien Marine et chercheur en sécurité informatique s’est donc implanté une micro-puce NFC entre le pouce et l’index. En l’enfermant dans une capsule de verre biologique, elle peut stocker 88 Ko de données. Misant sur la discrétion, elle ne peut être détectée qu’au rayon X. D’après son concepteur, le dispositif est capable de contourner à peu près toutes les mesures de sécurité existantes. Son porteur peut ainsi se connecter à un terminal Android en passant sa main à proximité pour ensuite le pirater. Un lien devrait apparaître sur l’écran du mobile, incitant son propriétaire à cliquer dessus. Derrière cette application se trouve toutefois un programme malveillant qui s’installera dès l’ouverture du lien. Une fois installé, le programme se connecte à un serveur distant permettant par la suite au hacker de prendre le contrôle du mobile.

Quant aux limites de ce piratage, le programme malveillant perd la connexion avec le serveur si le mobile est verrouillé ou a redémarré. Cette puce NFC implantable sera prochainement présentée durant la Conférence Hack Miami.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • inf-for
    Impressionnant et effrayant en même temps. On n'arrête pas le progrès...
    0